VIDEO. Bernard Cazeneuve assure que la mort de Rémi Fraisse est aussi "une épreuve" pour lui

Le ministre de l'Intérieur a de nouveau défendu son attitude après la mort du jeune manifestant, lors d'une séance de questions au gouvernement au Sénat.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

D'une voix lente et grave, Bernard Cazeneuve a une nouvelle fois défendu son attitude après la mort de Rémi Fraisse sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn). Il s'agit d'une "épreuve" pour la famille du jeune homme comme pour lui, a expliqué le ministre de l'Intérieur au Sénat, jeudi 30 octobre.

"On m'a reproché de manquer de cœur"

"On m'a reproché encore ce matin de manquer de cœur et de ne pas avoir de compassion, a déploré le locataire de la place Beauvau, en réponse à une question du sénateur socialiste Eric Jeansannetas. On peut être dans la compassion sans être devant les caméras."

"Lorsqu'un événement de ce type se produit et que vous êtes ministre de l'Intérieur, vous interrogez votre conscience et les choses au plus profond de vous-même, a-t-il poursuivi. Vous essayez de trouver les mots justes, et vous les adressez à ceux auxquels vous devez les adresser, avec pudeur."

"Certains en profitent pour faire de la politique"

Bernard Cazeneuve en a aussi profité pour fustiger les réactions politiques après la mort de Rémi Fraisse. "Je regrette que certains profitent de cet événement non pas que pour la vérité l'emporte, mais pour faire de la politique en abaissant tout", a-t-il conclu avant de se rasseoir et de recevoir un geste de soutien de son collègue Michel Sapin.

Le ministre de l\'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à l\'Assemblée nationale, le 29 octobre 2014.
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à l'Assemblée nationale, le 29 octobre 2014. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)