Mort de Rémi Fraisse : quelles grenades les forces de l'ordre utilisent-elles ?

Le jeune manifestant mort au barrage de Sivens pourrait avoir été tué par une grenade utilisée habituellement par les forces de l'ordre.

Des affrontements opposent forces de l\'ordre et manifestants sur le site du barrage controversé de Sivens (Tarn), le 25 octobre 2014.
Des affrontements opposent forces de l'ordre et manifestants sur le site du barrage controversé de Sivens (Tarn), le 25 octobre 2014. (MATHIEU PATTIER / SIPA)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Une grenade utilisée par les gendarmes a-t-elle provoqué la mort de Rémi Fraisse, ce jeune opposant au barrage de Sivens (Tarn), dont le corps a été retrouvé dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 octobre ? Selon le procureur de la République d'Albi, des traces de TNT, un composé chimique présent dans des grenades utilisées habituellement par les forces de l'ordre, ont en tout cas été retrouvées sur les vêtements de la victime. Francetv info revient sur les différents types de grenades que les gendarmes et les policiers ont à leur disposition.

Les grenades offensives

Les grenades offensives ne contiennent rien, si ce n'est du trinitrotoluène (TNT), qui provoque l'explosion. Ces engins provoquent une puissante déflagration. "Cela provoque un bon effet de souffle et pas mal de bruit", explique une source sécuritaire. L'utilisation de ce type de grenades dépend de la situation et de l'appréciation des forces de l'ordre. Lorsque cela est possible, celles-ci sont censées prévenir les manifestants que des grenades offensives vont être tirées.

Car ce genre de grenade, qui doit permettre aux forces de l'ordre de regagner du terrain face à des manifestants, peut provoquer de graves blessures. "Il suffit qu'un manifestant prenne à la main une grenade offensive au moment où elle explose et il peut avoir la main arrachée, c'est déjà arrivé", précise cette source. C'est une grenade de ce type qui pourrait avoir été utilisée sur le site du barrage de Sivens et avoir provoqué la mort de Rémi Fraisse. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé mardi que leur utilisation était suspendue jusqu'à nouvel ordre.

Les grenades assourdissantes

Les grenades assourdissantes, également appelées "grenades de désencerclement", sont des grenades défensives. Ayant pour but de repousser des manifestants, elles contiennent de petites billes en plastique, qui éclatent de façon fragmentée au moment de l'explosion, et "peuvent éventuellement blesser très légèrement, mais c'est très rare", selon une source policière travaillant dans le maintien de l'ordre.

Les gendarmes et policiers ne sont censés utiliser ce type de grenade qu'en cas de danger, lorsque des opposants les encerclent ou les menacent. Les grenades assourdissantes doivent être lancées en l'air, pour exploser dans le ciel, et ont pour but de disperser la foule.

Les grenades lacrymogènes

En complément des grenades offensives et des grenades assourdissantes, les forces de l'ordre peuvent utiliser des grenades lacrymogènes. Elles contiennent un gaz irritant, censé repousser les manifestants.