Au Japon, le séisme de 2011 a mis le mont Fuji dans "un état critique"

Point culminant de l'archipel japonais, à la jonction des plaques tectoniques pacifique, eurasienne et philippine, le volcan a été mis sous pression depuis le tremblement de terre de mars 2011. 

Le mont Fuji vu de Tokyo, au Japon, le 16 février 2014. 
Le mont Fuji vu de Tokyo, au Japon, le 16 février 2014.  (YOSHIKAZU TSUNO / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Nos travaux ne disent pas que le volcan va entrer en éruption, mais ils montrent qu'il se trouve dans un état critique." Une étude franco-japonaise (en anglais) publiée par la revue Science et repérée par Le Monde, mardi 8 juillet, revèle que le tremblement de terre du 11 mars 2011 a considérablement mis sous pression les bases du mont Fuji. 

A la jonction des plaques tectoniques pacifique, eurasienne et philippine, le point culminant de l'archipel japonais est un volcan toujours actif. Les scientifiques ont réalisé "une sorte d'échographie des entrailles de la Terre, à partir de la masse astronomique de données enregistrées, après le mégaséisme, par le réseau de capteurs sismiques japonais Hi-net, le plus dense au monde, avec plus de 800 points de mesure", précise le site internet du quotidien.

Résultat : ils se sont rendu compte que la croûte terrestre a été plus fortement endommagée à 500 km de l'épicentre du séisme qui avait provoqué la catastrophe de Fukushima, exactement sous le mont Fuji. Ce dernier "est aujourd'hui dans un état de pression tel qu'il présente un potentiel d'éruption important. Le risque est clairement accru", décrypte Florent Brenguier, chercheur à l'Institut des sciences de la Terre.