Cet article date de plus d'un an.

Ardennes : une enquête ouverte après la pollution d'un affluent de la Meuse, au cœur du Parc naturel régional

La rivière Faux est polluée au moins sur une longueur de trois kilomètres, rendant l'eau impropre à toute vie, animale, végétale ou aquatique.

Article rédigé par
avec France Bleu Champagne-Ardenne - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Parc naturel régional des Ardennes (illustration). (ARTERRA / UNIVERSAL IMAGES GROUP EDITORIAL)

Le parquet de Charleville-Mézières a ouvert une enquête après la pollution de la rivière Faux, un affluent de la Meuse, dans une zone protégée classée Natura 2000 et au cœur du Parc naturel régional des Ardennes, rapporte France Bleu Champagne-Ardenne mercredi 29 avril. La préfecture du département prend une mesure d'urgence et oblige la suppression de tout apport de matière en suspension dans l'eau.

Un technicien de l'Office national des forêts (ONF) et des agents de service départemental de l'Office français de la biodiversité se sont récemment rendus sur les rives de la rivière Faux et ont constaté une grande quantité de matières qui se déplacent à la surface de l'eau.

Des travaux effectués sans autorisation en cause

Ensuite, les inspecteurs de l'environnement ont repéré que la Faux était polluée sur une longueur d'au moins trois kilomètres, depuis son affluent, le Galop, où de gros travaux ont été effectués sans autorisation. Des curages à proximité de l'eau à plusieurs mètres de profondeur ont entraîné la production d'énormes quantité de boue et de vase, qui forment une couche de limon dans le fond de la rivière.

Selon les inspecteurs, cette pollution rend impossible toute vie aquatique, animale et végétale, sur cette longueur. Cela aura aussi des conséquences sur deux nids de cigognes noires qui nichent à proximité de la rivière polluée qui auront des difficultés à trouver de la nourriture. Ils ont interdit la poursuite des travaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.