Cet article date de plus d'un an.

Anti-gaspillage : l'interdiction des prospectus dans les boîtes aux lettres expérimentée dans 14 villes de France

À Grenoble, Nancy ou encore Bordeaux, la distribution de brochures commerciales sera interdite pendant trois ans. Les habitants qui souhaitent les recevoir devront apposer un autocollant "Oui pub".

Article rédigé par Etienne Monin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'autocollant "Oui pub" apposé sur une boîte aux lettres à Bordeaux (Gironde), le 22 août 2022. (FABIEN COTTEREAU / MAXPPP)

Elle est certes progressive, mais c’est une petite révolution qui va toucher les boîtes aux lettres de beaucoup de Françaises et de Français. À partir de ce jeudi 1er septembre, onze villes de France expérimentent l’interdiction des prospectus dans les boites aux lettres. Trois autres municipalités participeront également à cette expérimentation à partir du mois de février. Avec cette mesure, qui découle de la loi climat de juillet 2021, ces brochures commerciales ne seront plus distribuées, sauf si vous en faites la demande.

Pour qu'un prospectus puisse être glissé dans une boîte aux lettres, il faudra que celle-ci soit affublée d'un petit autocollant "Oui pub". C’est le renversement du système. Les autocollants "Stop pub" n'auront donc plus d'utilité. La publicité est donc bannie des halls d’immeuble, sauf si vous désirez qu'elle y reste et que vous l’affichez clairement.

Trente kilos de prospectus par foyer et par an

L’Ademe, l’Agence de la transition écologique, estime que 900 000 tonnes de prospectus sont déversées dans nos boites aux lettres chaque année. Cela représente 30 kg d’imprimés par foyer. C’est à 90% de la publicité éditée par la grande distribution et qui symbolise aujourd’hui un modèle économique basé sur la production et le gaspillage.

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, publiée en février 2020, s’était attaquée au sujet. Mais elle avait échoué. La loi climat réussit sur le principe de l’experimentation. Grenoble, Bordeaux, Agen, ou encore Nancy font partie des villes participant à cette expérimentation qui va durer trois ans. Cela représente 2,7 millions d'habitants. Les prospectus représentent la moitié du volume de la filière graphique qui emploie un peu plus de 300 000 personnes. Le système actuel le "Stop pub" date de 2004. D’après l’Ademe, il était apposé sur moins de 20% des boites aux lettres.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.