Élections législatives en Turquie : la situation a bien changé depuis cinq mois

En direct d'Istanbul (Turquie), Constance de Bonnaventure revient sur la manière dont les Turcs abordent le scrutin du 1er novembre.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

À la veille des élections législatives du 1er novembre en Turquie, la journaliste Constance de Bonnaventure fait le point sur la situation. "Les électeurs sont moins passionnés cette fois-ci. Il faut dire que la campagne est passée relativement inaperçue : des candidats plus discrets, des électeurs assez distants, si l'on compare aux dernières législatives de juin dernier", note la journaliste de France 3 en direct d'Istanbul.

Un référendum bis pour Erdogan

Il faut dire que cette période a été assombrie par l'attentat qui a touché Ankara le 10 octobre dernier. Par ailleurs, c'est la deuxième fois en cinq mois que les électeurs retournent aux urnes. "Les Turcs sont donc sans doute un petit peu lassés et ils se demandent ce soir s'ils vont enfin pouvoir sortir de cette impasse politique, surtout quand on sait que les instituts de sondage les plus sérieux prévoient des scores relativement similaires à ceux des dernières législatives", précise Constance de Bonnaventure.

Ces élections sont une sorte de référendum bis pour Erdogan, mais aussi pour son parti, l'AKP, qui est au pouvoir depuis plus de 13 ans. Le 7 juin dernier lors des dernières législatives, le parti a perdu pour la première fois sa majorité absolue. Depuis les dernières élections, en cinq mois, le contexte a fortement changé, la situation s'est fortement détériorée. Les autorités turques ont lancé une double offensive visant d'une part les combattants kurdes du PKK, d'une autre part certaines positions de l'État islamique en Syrie. La Turquie s'est donc fragilisée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d\'une intervention face au Parlement, le 1er octobre 2014 à Ankara (Turquie).
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une intervention face au Parlement, le 1er octobre 2014 à Ankara (Turquie). (UMIT BEKTAS / REUTERS)