Biélorussie : nouvelle manifestation à Minsk contre le président réélu, un mort et plusieurs dizaines d'arrestations, selon la police

Les manifestants ont été dispersées par la police, qui a utilisé du gaz lacrymogène et tiré des balles en caoutchouc, selon plusieurs médias. L'un d'entre eux a été tué par son propre engin explosif, a indiqué la police.

La police biélorusse arrête deux hommes qui manifestaient contre la réélection du président Alexandre Loukachenko, à Minsk, le 10 août 2020.
La police biélorusse arrête deux hommes qui manifestaient contre la réélection du président Alexandre Loukachenko, à Minsk, le 10 août 2020. (VASILY FEDOSENKO / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Pour le deuxième soir consécutif, des heurts opposent la police à des manifestants protestant contre la réélection du président biélorusse Alexandre Loukachenko, lundi 10 août à Minsk. Les manifestants ont été dispersées par la police, qui a utilisé du gaz lacrymogène et tiré des balles en caoutchouc, selon plusieurs médias et un témoin interrogé par l'AFP. Au moins un journaliste a été blessé à la jambe, selon ces derniers. Un manifestant a été tué par son propre engin explosif, affirme aussi la police. Une trentaine de personnes ont été interpellées, selon Reuters.

Un pouvoir qui se maintient. Le chef de l'Etat, Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis vingt-six ans, a, selon les résultats officiels, remporté un sixième mandat avec 80,23% des voix, devant l'opposante Svetlana Tikhanovskaïa (9,9%).

Des résultats contestés. "Le pouvoir doit réfléchir à comment nous céder le pouvoir. Je me considère vainqueure de ces élections", a déclaré devant la presse l'opposante. Celle qui se considère comme vainqueure du scrutin "ne participera pas aux actions de protestation pour éviter les provocations", a indiqué sa porte-parole, Anna Krassoulina. "Le pouvoir pourrait organiser n'importe quelle situation provocatrice pour l'arrêter, or nous avons besoin d'elle en liberté", a-t-elle justifié. La candidate était injoignable dans la soirée, son équipe ne sachant pas où elle se trouvait, a affirmé sa porte-parole Anna Krassoulina.

 La France réclame le respect des droits en Biélorussie. La France a appelé lundi les autorités biélorusses à "la plus grande retenue" après la répression violente dimanche soir de manifestants opposés au président réélu. De son côté, Londres a appellé le gouvernement à "s'abstenir de nouveaux actes de violence". La Maison Blanche s'est elle dit "grandement préoccupée" par la situation.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BIELORUSSIE

23h15 : Un manifestant a été tué ce soir en Biélorussie par son propre engin explosif, affirme la police, lors des rassemblements contre la réélection du président Alexandre Loukachenko. "L'un des manifestants a essayé de lancer un engin explosif sur les forces de l'ordre, mais cet engin a explosé dans ses mains", déclare le communiqué. Cette information n'a pas pu être confirmée de source indépendante.

20h32 : De nouvelles manifestations pour protester contre les résultats de la présidentielle ont été dispersées par la police, qui a utilisé du gaz lacrymogène et tiré des balles en caoutchouc, selon plusieurs médias. Un journaliste de l'AFP a vu des centaines de manifestants rassemblés en divers endroits de la ville et la police procéder à des arrestations.



VASILY FEDOSENKO / REUTERS

19h29 : Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, a été réélu avec plus de 80% des voix, ont annoncé les autorités de l'ancienne république soviétique. Svetlana Tikhanouskaïa a refusé de reconnaître les résultats. Des appels à manifester ont circulé sur les réseaux sociaux malgré l'accès limité à internet depuis hier. La police a notamment bouclé le centre de Minsk, notamment aux environs du monument de la Stela.

19h25 : Pour la deuxième soirée consécutive, des heurts opposent la police biélorusse à des manifestants dans la capitale Minsk. Un journaliste de l'agence Reuters évoque des dizaines d'interpellations. La candidate de l'opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, avait fait savoir qu'elle ne participerait pas aux manifestations ce soir. "Le pouvoir pourrait organiser n'importe quelle provocation pour l'arrêter", a justifié sa porte-parole.

18h09 : Voici le point sur l'actualité en cette fin d'après-midi :

Les événements s'accélèrent au Liban. Le Premier ministre Hassan Diab pourrait annoncer d'ici une demi-heure la démission de son cabinet, après les démissions successives de membres de son équipe sous le coup de la double explosion meurtrière du port de Beyrouth.

L'ONG Acted va déposer une plainte à Paris pour tenter d'éclaircir les circonstances de l'attaque contre ses employés au Niger qui a fait huit morts dimanche, quatre hommes et quatre femmes âgés de 25 à 50 ans.

• Alors que des appels à se rendre dans la rue se multiplient sur les messageries, la candidate de l'opposition à la présidentielle biélorusse, qui en a rejeté les résultats officiels, annonce qu'elle ne prendra pas part aux manifestations prévues ce soir. Une manière d'éviter les "provocations" du pouvoir, selon sa porte-parole.

Cap à l'Ouest en 2021: le Tour de France partira l'année prochaine de la ville de Brest et aura ses quatre premières étapes en Bretagne, ont annoncé la région et le directeur du Tour Christian Prudhomme.

17h21 : Svetlana Tikhanovskaïa "ne participera pas aux actions de protestation pour éviter les provocations, puisque le pouvoir pourrait organiser n'importe quelle situation provocatrice pour l'arrêter, or nous avons besoin d'elle en liberté", a souligné sa porte-parole.

17h21 : Svetlana Tikhanovskaïa ,candidate de l'opposition à la présidentielle en Biélorussie qui en a rejeté les résultats officiels, ne prendra pas part aux manifestations prévues dans la soirée pour éviter des "provocations" du pouvoir, indique son camp.

16h05 : La plupart des sanctions européennes contre la Biélorussie ont été levées en 2016. Le pays reste toutefois toujours sous le coup d'un embargo sur les ventes d'armes et de matériel pouvant être utilisés à des fins répressives. Quatre personnalités du pays sont encore interdites de séjour dans l'UE, et leurs avoirs ont été gelés.

15h59 : L'Allemagne, qui assure actuellement la présidence de l'Union européenne, évoque aujourd'hui une reprise des sanctions européennes contre la Biélorussie, après la réélection jugée contraire aux principes démocratiques du président Alexandre Loukachenko.

14h32 : Il est 14 heures, l'heure idéale pour un point sur l'actualité :

La candidate de l'opposition à la présidentielle en Biélorussie a rejeté aujourd'hui les résultats officiels, demandant au président de céder le pouvoir, au lendemain du scrutin et de la violente répression de manifestations antigouvernementales.

• Plusieurs Français et deux Nigériens sont morts dans une attaque contre leurs véhicules dans la région de Kouré, non loin de la capitale. Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé la tenue d'un Conseil de défense demain. Voici ce que l'on sait de ce drame.

• 15 départements sont toujours placés en alerte rouge canicule ce lundi matin, en Ile-de-France, en Normandie et dans les Hauts-de-France.

• C'est la première arrestation d'une personnalité en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité imposée par Pékin. Le patron de presse prodémocratie Jimmy Lai a été interpellé pour "collusion avec des puissances étrangères". Les locaux de l'un de ses journaux ont été perquisitionnés.

12h38 : "Nous avons enregistré des appels depuis l'étranger. Depuis la Pologne, la Grande-Bretagne, et de République tchèque, ils y avaient des appels pour téléguider, excusez l'expression, nos moutons"


Le président de Biélorussie, Alexandre Loukachenko, affirme aujourd'hui que les manifestations contre sa réélection controversée, violemment réprimées hier, étaient "téléguidées" depuis l'étranger. Le chef d'Etat martèle qu'il ne laissera pas son pays être "mis en pièce".

12h39 : "Le harcèlement et la répression violente des manifestants pacifiques n'ont pas leur place en Europe. J'appelle les autorités de Biélorussie à veiller à ce que les votes de l'élection d'hier [dimanche] soient comptés et publiés avec exactitude", écrit la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans un message sur son compte Twitter.

12h17 : L'Union européenne condamne la répression en cours en Biélorussie et réclame un décompte "exact" des votes exprimés pour la présidentielle.

14h06 : Il est midi, voici le point sur l'actualité :

• Six Français et deux Nigériens sont morts dans une attaque contre leur véhicule dans la région de Kouré, non loin de la capitale. Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé la tenue d'un conseil de défense demain.

• L'opposante Svetlana Tikhanovskaïa se considère comme "vainqueure" des élections, malgré les résultats officiels donnant le président Loukachenko réélu. Des heurts entre forces de l'ordre et manifestants ont fait cette nuit des dizaines de blessés.

• 15 départements sont toujours placés en alerte rouge canicule ce lundi matin, en Ile-de-France, en Normandie et dans les Hauts-de-France.

• C'est la première arrestation d'une personnalité en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité imposée par Pékin. Le patron de presse prodémocratie Jimmy Lai a été interpellé pour "collusion avec des puissances étrangères". Les locaux de l'un de ses journaux ont été perquisitionnés.

12h08 : Les autorités contestent tout décès lors des manifestations de l'opposition cette nuit. L'ONG de défense des droits de l'homme Viasna fait elle état d'un manifestant tué après avoir été renversé dans la nuit par un véhicule de police sur l'avenue des Vainqueurs, dans le centre-ville de Minsk.

12h10 : "Le pouvoir doit réfléchir à comment nous céder le pouvoir. Je me considère vainqueure de ces élections".

Svetlana Tikhanovskaïa se considère comme la vraie gagnante de ce scrutin, officiellement remporté par le président sortant.

11h09 : Svetlana Tikhanovskaïa, qui a récolté 9,9% des voix selon les résultats officiels, refuse de reconnaître la victoire de Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans.





(Sergei GAPON / AFP)

10h56 : La candidate d'opposition Tikhanovskaïa demande que Loukachenko "cède le pouvoir".

10h46 : Deux salles, deux ambiances. A Moscou, Vladimir Poutine félicite Alexandre Loukachenko pour sa réélection contestée. A Varsovie, le gouvernement polonais appelle à un sommet extraordinaire de l'Union européenne sur la situation dans le pays. "Nous devons soutenir le peuple biélorusse dans sa quête de liberté", a déclaré dans un communiqué le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki.

10h43 : Au moins 200 personnes ont été arrêtées à Minsk (Biélorussie) et dans 10 autres villes du pays lors des manifestations contre la réélection d'Alexandre Loukachenko, selon une ONG citée par l'AFP.

09h09 : Il est 9 heures, voici le point sur l'actualité :

• Six Français et deux Nigériens sont morts dans une attaque contre leurs véhicules dans la région de Kouré, non loin de la capitale. Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé la tenue d'un conseil de défense mardi.

• C'est la première arrestation d'une personnalité en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité imposée par Pékin. Le patron de presse prodémocratie Jimmy Lai a été interpellé pour "collusion avec des puissances étrangères". Les locaux de l'un de ses journaux ont été perquisitionnés.


• 15 départements sont toujours placés en alerte rouge canicule ce lundi matin, en Ile-de-France, en Normandie et dans les Hauts-de-France.

• Au pouvoir depuis 26 ans, le président Loukachenko remporte la présidentielle avec 80,23% des voix, selon les résultats officiels. Ceux-ci sont contestés par l'opposition, qui a manifesté cette nuit dans les rues de la capitale.

08h45 : Voici quelques images des heurts entre policiers et manifestants de l'opposition cette nuit à Minsk (Biélorussie). Selon une association de défense des droits de l'homme, citée par Reuters, le bilan est d'au moins un mort et une douzaine de blessés.





(VASILY FEDOSENKO / REUTERS)




(Vasily Fedosenko / REUTERS)








08h29 : A noter qu'Alexandre Loukachenko, dont nous brossons le portrait dans cet article, est au pouvoir depuis 26 ans.




(SERGEI GAPON / AFP)

08h29 : Les résultats de cette élection, qui s'est déroulée sans observateurs internationaux, sont contestés par l'opposition. Hier soir, sa candidate, Svetlana Tikhanovskaïa, a estimé que "la majorité" de ses concitoyens la soutenait et des manifestants sont descendus dans la rue pour protester contre les résultats.

08h18 : Le président Loukachenko remporte la présidentielle avec 80,23% des voix, selon les résultats officiels donnés par l'agence d'Etat.

07h07 : On se lève du bon pied avec un premier point sur l'actualité de la nuit :

• Emmanuel Macron dénonce "l'attaque meurtrière qui a lâchement frappé un groupe de travailleurs humanitaires", dont des Français, au Niger. L'Elysée ne confirme pas le nombre de victimes françaises. Les autorités nigériennes évoquent un bilan de six Français et deux Nigériens tués.

• C'est la première arrestation d'une personnalité en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité imposée par Pékin. Le patron de presse prodémocratie Jimmy Lai a été interpellé pour "collusion avec des puissances étrangères". Les locaux de l'un de ses journaux ont été perquisitionnés.


• 15 départements sont toujours placés en alerte rouge canicule ce lundi matin, en Ile-de-France, en Normandie et dans les Hauts-de-France.

• Des heurts entre manifestants antigouvernementaux et policiers ont éclaté à Minsk, à l'issue d'une présidentielle tendue. La principale opposante, Svetlana Tikhanovskaïa, a estimé dimanche soir que "la majorité" la soutenait, alors qu'un sondage officiel réalisé à la sortie des bureaux de vote accordait une victoire écrasante au chef de l'Etat, Alexandre Loukachenko.