DIRECT. La Biélorussie a agi "légalement" en déroutant l'avion, estime Loukachenko

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko s'est exprimé publiquement pour la première fois depuis le détournement d'un avion de ligne européen pour arrêter un opposant à bord.

Le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, le 17 septembre 2020.
Le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, le 17 septembre 2020. (TUT.BY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a dénoncé, mercredi 26 mai, des "attaques" en réponse au tollé international suscité par le déroutage d'un avion vers Minsk, à bord duquel un opposant a été arrêté. "Nos adversaires de l'étranger et à l'intérieur du pays (...) ont franchi une multitude de lignes rouges, dépassant les limites de l'entendement et de la morale humaine", a-t-il dit, selon l'agence d'Etat Belta. Le leader biélorusse estime avoir "agi légalement", en assurant que l'avion a été dérouté pour une alerte à la bombe.

Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU attendue. Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra mercredi en milieu de journée une réunion informelle d'urgence à huis clos sur le sujet, ont annoncé à l'AFP des sources diplomatiques. Cette session qui devrait être virtuelle a été demandée par la France, l'Irlande et l'Estonie, ont précisé des diplomates.

 "Sauvez-le, je vous en prie !" appelle la mère du journaliste arrêté. Depuis la Pologne où ils vivent, les parents du journaliste biélorusse Roman Protassevitch, arrêté après le détournement de son vol Ryanair contraint d'atterrir, appellent le monde à "le sauver""Je demande, je supplie, j'appelle toute la communauté internationale à le sauver", lance Natalia, en larmes, lors d'un entretien avec l'AFP.

Reporters sans frontière porte plainte. L'ONG a annoncé mardi avoir déposé plainte en Lituanie contre le président biélorusse Alexandre Loukachenko pour "détournement à des fins terroristes", à la suite du déroutement d'un avion de ligne européen et l'arrestation d'un journaliste d'opposition qui se trouvait à son bord.

"L'absence de réaction de la Russie vaut caution." Pour le ministre des Affaires étrangères, le silence de Moscou au sujet du déroutement d'un vol pour arrêter un opposant "vaut caution". "Si d'aventure le président russe Vladimir Poutine voulait se démarquer du président biélorusse Alexandre Loukachenko, il le dirait. Au contraire, il semble bien qu'on banalise cet événement qui est un événement très grave", estime Jean-Yves Le Drian.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BIELORUSSIE

20h17 : Il est déjà grand temps de faire un premier point sur l'actualité de cette soirée :


Une enveloppe de 700 millions d'euros sera débloquée en 2022 pour revaloriser les salaires des enseignants, annonce Jean-Michel Blanquer. "Il y a 100 millions d'euros qui permettront la montée en puissance des mesures déjà décidées, 400 millions pour mettre en oeuvre les nouveaux engagements et 200 millions d'euros pour l'action sociale", a-t-il détaillé.


La France va mettre en place un "isolement obligatoire" pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, annonce le gouvernement. Les modalités de cette mesure seront "précisée[s] dans les prochaines heures", a précisé Gabriel Attal.


Minsk accuse la France de "piraterie aérienne" pour avoir refusé son espace aérien à un avion biélorusse qui devait relier Minsk à Barcelone. Suivez notre direct.

#HAYANGE Une mission d'inspection va être lancée après le féminicide d'Hayange. Stéphanie Di Vincenzo a été tuée à coups de couteau ce week-end. Son compagnon, contre qui elle avait déposé une main courante et une plainte en 2020, est soupçonné du meurtre.

19h58 : Bonsoir @Père Plexe. Voici ce qu'il s'est passé avec le vol Minsk-Barcelone. L'avion a été contraint de faire demi-tour quelques minutes après avoir décollé, juste avant de rentrer dans l'espace aérien polonais. Dans un communiqué, la compagnie Belavia explique que "trois minutes avant le décollage, les autorités aéronautiques françaises ont désactivé le plan de vol sans en avertir la compagnie aérienne" qui l'a appris des contrôleurs aériens polonais. Selon elle, Les régulateurs de vol français "invoquaient un ordre oral du Premier ministre français".

19h55 : Comment l’avion biélorusse a-t-il pu approcher l’espace aérien français ? D’autres pays européens l’ont laissé passer ?

19h31 : J’ai en effet pu constater les errances de l’avion Minsk-Barcelone qui attendait l’accord de la France...

19h38 : Comme nous l'indiquions plus tôt, la France a également interdit son espace aérien à un vol en provenance de Minsk. Dans les commentaires, @Audrey nous dit avoir constaté sur le site Flightradar24 "les errances" de cet avion avant qu'il ne fasse demi-tour.

19h29 : Les tensions entre l'UE et la Biélorussie a des conséquences très concrètes : le vol d'Air France censé décoller à 10h20 de Paris et atterrir à 15 heures à Moscou n'est jamais parti. "Air France confirme avoir dû procéder au report du vol AF1154 (...) pour des raisons opérationnelles liées au contournement de l'espace aérien biélorusse, nécessitant une nouvelle autorisation de la part des autorités russes pour entrer sur leur territoire", a indiqué un porte-parole de la compagnie.

19h09 : "C'est un fait absolument scandaleux et un acte immoral. Honnêtement, c'est pratiquement de la piraterie aérienne", a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie biélorusse, après que la France a refusé son espace aérien à un avion biélorusse effectuant une liaison Minsk-Barcelone, le forçant à faire demi-tour.

19h06 : Dans la foulée, nous venons d'apprendre que Minsk accuse la France de "piraterie aérienne" pour avoir refusé son espace aérien à un avion biélorusse, rapporte l'AFP, citant une source ministérielle.

19h04 : Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a cependant affirmé aujourd'hui que le déroutage de l'avion de ligne puis l'arrestation de l'opposant à bord, Roman Protassevitch, étaient légaux. Dans sa première prise de parole depuis l'interception dimanche du vol Athènes-Vilnius de la compagnie Ryanair, sous prétexte d'une alerte à la bombe qui s'est révélée fausse, le président a accusé les pays occidentaux de vouloir "étrangler" son pays.

19h00 : L'UE a déjà adopté de premières sanctions contre la Biélorussie après le déroutage d'un avion de ligne puis l'arrestation d'un opposant à bord. Dès lundi, elle a fermé son espace aérien aux avions biélorusses et recommandé à toutes les compagnies européennes d'éviter les cieux du pays.

18h58 : A son tour, la Pologne interdit son espace aérien aux avions biélorusses, annonce Varsovie.

18h09 : A 18 heures, on jette un œil aux principaux titres de l'actualité.

#HAYANGE Une mission d'inspection va être lancée après le féminicide d'Hayange. Stéphanie Di Vincenzo a été tuée à coups de couteau ce week-end. Son compagnon, contre qui elle avait déposé une main courante et une plainte en 2020, est soupçonné du meurtre. Une marche en hommage à la jeune femme se tiendra à Hayange (Moselle) à 18 heures.

Une enveloppe de 700 millions d'euros sera débloquée en 2022 pour revaloriser les salaires des enseignants, annonce Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l'Education nationale rend les conclusions du Grenelle de l'Education.




La France va mettre en place un "isolement obligatoire" pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, annonce le gouvernement. Les modalités de cette mesure seront "précisée[s] dans les prochaines heures", a précisé Gabriel Attal.


Pour sa première prise de parole publique depuis le déroutement de l'avion dimanche, le président Alexandre Loukachenkoaffirme avoir agi "légalement" parce qu'il y avait une alerte à la bombe. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se pencher sur ce dossier en fin de journée. Suivez notre direct.

14h16 : Gabriel Attal s'est également exprimé sur le déroutement de l'avion ayant conduit à l'arrestation de deux opposants au régime biélorusse. Le porte-parole du gouvernement dénonce "un kidnapping à ciel ouvert gravissime".

14h14 : Un peu plus de 14 heures...On fait un nouveau point sur l'actualité :

La France va mettre en place un "isolement obligatoire" pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, annonce le gouvernement. Les modalités de cette mesure seront "précisée[s] dans les prochaines heures", a précisé Gabriel Attal.

"A chaque fois que survient un drame comme celui-là, nous mettons tout en œuvre (...) pour tirer les conséquences de ce qui n'a pas fonctionné", assure le porte-parole du gouvernement après qu'une femme de 22 ans a été tuée à coups de couteau ce week-end à Hayange (Moselle). Elle avait déposé plainte contre son conjoint en novembre 2020.

Pour sa première prise de parole publique depuis le déroutement de l'avion dimanche, Alexandre Loukachenkoaffirme avoir agi "légalement" parce qu'il y avait une alerte à la bombe. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se pencher sur ce dossier en fin de journée. Suivez notre direct.

Après l'accident de téléphérique qui a provoqué la mort de 14 personnes dimanche à Stresa, son propriétaire et deux responsables ont été incarcérés. Selon la procureure, le système de freinage d'urgence avait été désactivé volontairement, "dicté par des raisons économiques".

12h43 : Il n'y aucune "raison de ne pas croire" les explications des dirigeants biélorusses. C'est ce qu'affirme le porte-parole de la présidence russe, alors que le chef d'Etat biélorusse, Alexandre Loukachenko, affirme avoir agi "légalement" en assurant que l'avion a été dérouté pour une alerte à la bombe.

12h07 : Il est midi. Faisons donc un nouveau point sur l'actualité :

Pour sa première prise de parole publique depuis le déroutage de l'avion dimanche, Alexandre Loukachenkoaffirme avoir agi "légalement" parce qu'il y avait une alerte à la bombe. Le président biélorusse a également déclaré que les dirigeants étrangers avaient "franchi une multitude de lignes rouges". Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se pencher sur ce dossier en fin de journée. Suivez nitre direct.

Une femme s'apprête pour la première fois à diriger le musée le plus visité du monde. Laurence des Cars a été choisie pour prendre la tête du Louvre, en remplacement de Jean-Luc Martinez. Cette historienne de l'art dirigeait le Musée d'Orsay depuis quatre ans.


Après l'accident de téléphérique qui a provoqué la mort de 14 personnes dimanche à Stresa, son propriétaire et deux responsables ont été incarcérés. Selon la procureure, le système de freinage d'urgence avait été désactivé volontairement, "dicté par des raisons économiques".

Les Bleus retenus par Didier Deschamps ont rendez-vous à Clairefontaine à la mi-journée. C'est le début de la préparation pour Karim Benzema et les autres en vue de l'Euro qui démarre dans vingt jours contre l'Allemagne.

10h25 : Silencieux depuis dimanche,Alexandre Loukachenko est bien plus bavard ce matin. Le président biélorusse affirme cette fois avoir agi "légalement" en déroutant l'avion parce qu'il y avait une alerte à la bombe. L'accuser d'avoir envoyé un avion de chasse pour forcer l'atterrissage du vol Ryanair est un "mensonge", dit-il. Suivez notre direct.

09h50 : "Nos adversaires de l'étranger et à l'intérieur du pays ont changé leurs méthodes pour attaquer notre Etat", a déclaré le président biélorusse, selon l'agence d'Etat Belta, lors d'un discours devant des élus et autres hauts responsables du régime.

Le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, le 17 septembre 2020.


(AFP)

09h50 : Alexandre Loukachenko dénonce des "attaques" franchissant "des lignes rouges dépassant les limites de l'entendement et de la morale humaine", en réponse au tollé international suscité par le déroutage d'un avion. Suivez notre direct.

09h38 : "Il faut paralyser autant que faire se peut ce pays."

Trois jours après le détournement d'un avion par les autorités biélorusses, Jean-Louis Bourlanges, le président de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale, estime qu'il faut "généraliser et durcir les sanctions contre le personnel dirigeant". Son interview est ici.

09h13 : On fait un nouveau point sur l'actualité :

Il est resté silencieux jusque-là. Trois jours après le déroutement d'un avion qui transportait deux opposants, le président biélorusse Alexandre Loukachenko va prononcer dans la journée un discours devant son Parlement. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit, lui, tenir une réunion à huis clos.

Pour la première fois, une femme va diriger le musée le plus visité du monde. Laurence des Cars a été choisie pour prendre la tête du Louvre, en remplacement de Jean-Luc Martinez. Cette historienne de l'art dirigeait le Musée d'Orsay depuis quatre ans.


Après l'accident de téléphérique qui a provoqué la mort de 14 personnes dimanche à Stresa, son propriétaire et deux responsables ont été incarcérés à l'issue de leur interrogatoire. Selon la procureure, le système de freinage d'urgence avait été désactivé volontairement, "dicté par des raisons économiques".

• ENSEIGNANTS Un peu plus d'argent à la fin du mois pour les enseignants ? Le ministre de l'Education nationale va rendre dans la journée les conclusions du Grenelle de l'éducation, dont la revalorisation des salaires était l'un des objectifs.

Les Bleus retenus par Didier Deschamps ont rendez-vous à Clairefontaine. C'est le début de la préparation en vue de l'Euro qui démarre dans vingt jours contre l'Allemagne.

07h58 : "L'absence de réaction de la Russie vaut caution."


Moscou a-t-il joué un rôle dans le détournement de l'avion Ryanair dimanche ? Sur France 2 ce matin, Jean-Yves Le Drian répond qu'"on ne peut pas en être certain", mais "si le président Poutine voulait se démarquer du président Loukachenko, il le dirait."

06h14 : Que faut-il en attendre ? Pas grand-chose, à croire les diplomates sollicités par l'AFP. Peu probable, disent-ils, que le Conseil de sécurité de l'ONU puisse s'entendre sur une déclaration commune. La Russie, soutien de la Biélorussie, devrait par exemple s'y opposer.


06h12 : C'est en milieu de journée que le Conseil de sécurité de l'ONU va tenir une réunion informelle d'urgence à huis clos sur le sujet de la Biélorussie. Cette session, qui va se faire par visioconférence, a été demandée par la France, l'Irlande et l'Estonie, ont précisé des diplomates.

06h51 : On commence avec un premier point sur l'actualité :

Il est resté silencieux jusque-là. Trois jours après le déroutement d'un avion qui transportait deux opposants, le président biélorusse Alexandre Loukachenko va prononcer dans la journée un discours devant son Parlement. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit, lui, tenir une réunion à huis clos.

Un peu plus d'argent à la fin du mois pour les enseignants ? Le ministre de l'Education nationale va rendre dans la journée les conclusions du Grenelle de l'éducation, dont la revalorisation des salaires était l'un des objectifs.

Les Bleus retenus par Didier Deschamps ont rendez-vous à Clairefontaine. C'est le début de la préparation en vue de l'Euro qui démarre dans vingt jours contre l'Allemagne.

Dans un communiqué de presse, Joe Biden s'est exprimé après avoir reçu la famille de George Floyd, un an après la mort de cet Afro-américain, tué par un policier. "Nous devons agir", écrit le président, alors que le frère de la victime réclame "une loi fédérale pour protéger les personnes de couleur".