Crash en Égypte : les autorités russes perquisitionnent Metrojet

Si aucune hypothèse n'a été vérifiée pour comprendre les causes du crash de l'Airbus A 321, les autorités russes privilégient la thèse de l'accident

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Samedi 31 octobre, un Airbus A 321 s'est crashé dans le désert du Sinaï. L'État islamique affirme avoir abattu l'avion, mais les autorités russes sont prudentes. Le journaliste Dominique Berdas fait le point depuis Moscou. "Personne ici ne semble prendre au sérieux cette revendication que l'on attribue à l'organisation État islamique à commencer par le ministre russe des Transports qui disait qu'il ne lui accordait aucun crédit", rapporte le journaliste.

Nombreuses perquisitions

En attendant les conclusions des experts envoyés sur place, les autorités russes privilégient déjà une thèse, celle de l'accident. "Très clairement, c'est plutôt l'hypothèse de l'accident ou de la négligence qui semble privilégiée par les autorités russes. Des perquisitions ont été effectuées cet après-midi au siège de la compagnie aérienne, au siège de l'agence de voyages qui avait affrété l'appareil, dans les ateliers où il était entretenu et même sur la piste de l'aéroport de Samara au sud de la Russie où il a effectué son dernier plein de carburant avant de s'envoler vers l'Égypte", souligne aussi Dominique Berdas.  

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des débris de l\'avion russe qui s\'est écrasé en Egypte sont photographiés, le 31 octobre 2015, dans le Sinaï égyptien. 
Des débris de l'avion russe qui s'est écrasé en Egypte sont photographiés, le 31 octobre 2015, dans le Sinaï égyptien.  (MAXPPP)