Cet article date de plus de huit ans.

Egypte : le peuple dans la rue pour prouver que la révolution est "populaire"

Des dizaines de milliers d'opposants à Mohamed Morsi se sont rassemblés sur la place Tahrir ce dimanche. Une démonstration de force pour montrer que le renversement du président islamiste est dû à une révolution populaire et non à un coup d'Etat. Dans le Sinaï, un soldat a été abattu. Par ailleurs, la présidence annonce que le Premier ministre devrait être, non pas ElBaradei mais Ziad Bahaa ElDin.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Amr Dalsh Reuters)

Mobilisation monstre place
Tahrir ce dimanche. Le rassemblement se veut pacifique, après les violents
heurts de ces derniers jours
. Les manifestants veulent montrer que la
révolte qui a poussé l'armée à renverser Mohamed Morsi était populaire, et non
militaire.  

Des hommes en gilets jaune
filtrent l'accès à la place Tahrir, a observé l'envoyé spécial de France Info.
Ils sont à la recherche d'armes ou d'explosifs. Beaucoup de manifestants
portent des portraits d'Obama, barrés d'une croix rouge. Une façon de protester
contre le refus du président américain d'apporter son soutien aux manifestants
qui ont fait tomber Mohamed Morsi

Le message principal de ce
rassemblement de dizaine de milliers de personnes : le renversement de
Mohamed Morsi est légitime. "Ceci est une révolution populaire, ce n'est
pas un coup d'Etat comme certains essayent de le faire croire
", dit un
manifestant. Régulièrement, les hélicoptères de l'armée survolent la place, salués
par les applaudissements de la foule.

Un mort dans le Sinaï

Non loin de là, près de l'université
du Caire, les partisans du président déchu manifestent également. Ils dénoncent
"l'Etat policier " qu'a instauré l'armée depuis la destitution de
Mohamed Morsi. "Les militaires ont volé la légitimité et mon vote. Ce sont
des traîtres
".

Un peu plus tôt dans la
soirée, un soldat a été abattu dans le Sinaï. L'attaque a eu lieu près de la
ville d'El-Arich, où des militants islamistes avaient pris d'assaut vendredi soir
le siège du gouvernorat
du Nord-Sinaï avant d'y hisser leur drapeau, a indiqué
un responsable de la sécurité.

ElBaradei ne serait pas Premier ministre

Alors que le nom de Mohamed ElBaradei circulait avec insistance pour le poste de Premier ministre, c'est finalement quelqu'un d'autre qui pourrait prendre sa place. Samedi, la présidence a démenti avoir nommé ElBaradei en tant que Premier ministre, contrairement à l'affirmation d'une source militaire. 

Ce dimanche, un porte-parole de la présidence annonce que ce poste pourrait revenir au social-démocrate Ziad Bahaa ElDin. C'est l'ancien directeur des investissements égyptiens sous Hosni Moubarak. Mohamed ElBaradei, figure de proue laïque deviendrait vice-président.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.