Cet article date de plus de dix ans.

Egypte : la nomination du Premier ministre loin de calmer la mobilisation

Des milliers d'Égyptiens se sont à nouveau rassemblés aujourd'hui au Caire, pour demander le départ de l'armée. Certains d'entre eux ont bloqué l'entrée du siège du gouvernement, pour protester contre la nomination de Kamal el-Ganzouri au poste de Premier ministre.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Ahmed Jadallah Reuters)

Fidèles au poste, place Tahrir, pour ce qu'ils ont appelé la manifestation "de la dernière chance". Des dizaines de milliers d'Egyptiens se sont rassemblés au Caire, pour réclamer à nouveau le départ de l'armée. La colère des manifestants avait été attisée, quelques heures plus tôt, par la nomination d'un ancien Premier ministre d'Hosni Moubarak au poste de chef de gouvernement. Les manifestants ont d'ailleurs bloqué l'entrée du siège du gouvernement pour empêcher Kamal el-Ganzouri d'y entrer. Il a indiqué aujourd'hui qu'il ne présenterait pas son équipe gouvernementale avant le début du scrutin législatif, toujours prévu lundi par l'armée.

La mobilisation s'est déroulée sans heurt aujourd'hui, après plusieurs jours de violents affrontements, qui ont fait officiellement 41 morts et plus de 3.000 blessés.

La journée a été marquée par la venue place Tahrir de Mohamed
ElBaradei, ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la paix en 2005, très applaudi par la foule. Autre soutien inattendu mais de poids : celui du grand imam de l'institution théologique d'Al-Azhar, cheikh Ahmed el-Tayyeb.

Place Tahrir les manifestants scandaient "Maréchal, réveille-toi, c'est ton dernier jour ! " en référence au maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées
(CSFA) au pouvoir. A quelques kilomètres de là, d'autres manifestants criaient le discours inverse : "Maréchal, on t'aime ! ", lors d'une contre-manifestation en soutien à l'armée. L'Egypte reste plus que jamais divisée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.