Dix jours après l'attaque du Bardo, la Tunisie marche contre le terrorisme

Des milliers de personnes défilent à Tunis ce dimanche, pour une "grande marche contre le terrorisme", dix jours après l'attaque contre le musée du Bardo le 18 mars. Le chef de l'Etat français François Hollande et le Premier ministre italien Matteo Renzi ont notamment participé au défilé.

(Le 20 mars 2015, une femme brandit le drapeu tunisien devant le musée du Bardo © Maxppp)

Des milliers de personnes défilent ce dimanche à Tunis, pour participer à la "grande marche contre le terrorisme", après les attentats du musée du Bardo il y a dix jours. Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a lui-même appelé à la télévision ses compatriotes à descendre dans la rue. Le gouvernement tunisien espèrait une mobilisation massive. Vers 13h, la police évoquait 12.000 personnes rassemblées. Avec un slogan : "Le monde est Bardo".

Gaële Joly, envoyée spéciale de France info, a rencontré des tunisiens qui se préparaient à cette marche
--'--
--'--

"Nous allons marcher pour la Tunisie"

Le chef de l'Etat français François Hollande et le Premier ministre italien Matteo Renzi ainsi que le président gabonais Ali Bongo et son homologue palestinien Mahmoud Abbas notamment ont participé à ce défilé, en lisière du musée, avant d'inaugurer une stèle à la mémoire des victimes. 

Marche en Tunisie : François Hollande s'exprimait à Tulle après avoir voté pour les élections départementales
--'--
--'--

"Le 11 janvier il y avait eu une manifestation de solidarité pour la France, pour les valeurs qu'elle porte. Aujourd'hui nous allons marcher pour la Tunisie et pour les valeurs qu'elle représente pour le monde arabe ", a indiqué François Hollande.

Une délégation française a également fait le déplacement : 

D'autres responsables ont affiché leur solidarité sur les réseaux sociaux : 

Neuf islamistes tués samedi soir

L'attaque avait fait 22 morts dont quatre Français. Samedi le chef de l'Etat français a en effet annoncé un quatrième décès français, celui d'une femme grièvement blessée lors de l'attaque.

Samedi soir, neuf islamistes ont été tués par les forces tunisiennes dans le gouvernorat de Gafsa, dans le Sud tunisien, dans le cadre des opérations de sécurité lancées après l'attaque contre le musée du Bardo. La Tunisie revendique là un succès important contre sa mouvance djihadiste. Le Premier ministre ajoute que Abou Sakhr, chef du principal groupe armé djihadiste tunisien, figure parmi les morts.

Le nouveau pouvoir en place est-il fragilisé après l'attaque du Bardo ? Réponse de Sophie Bessis, chercheur à l'Iris, l'institut de relations internationales et stratégiques, spécialiste du Maghreb
--'--
--'--