Disparition des zones humides, une menace planétaire

Plus de 50% des zones humides mondiales ont disparu le siècle dernier, entraînant le déclin des réserves en eau douce et des espèces protégées. Le chiffre est encore plus élevé en Chine, qui possède 10% des milieux humides de la planète. C’est justement la ville chinoise de Changshu qui a été choisie pour accueillir la Conférence internationale sur les zones humides, du 19 au 24 septembre.

Photo aérienne du lac de Taiyang dans la province du Sichuan en Chine.
Photo aérienne du lac de Taiyang dans la province du Sichuan en Chine. (JIANG HONGJING / XINHUA)

Plus de la moitié des eaux souterraines de Chine sont classées de très mauvaise qualité, selon un rapport de l’ONG China Water Risk. Ces terres polluées abritent pourtant 80% des ressources en eau douce chinoises, et 10.000 espèces animales et végétales dont certaines sont menacées. 

La protection de ces écosystèmes est au centre de la Conférence internationale sur les zones humides, organisée par Intecol (association internationale pour l’écologie) à Changshu, ville voisine de Shanghaï. Une vingtaine de pays se réunissent dans l’un des pays plus pollués – et pollueur – du monde, du 19 au 24 septembre. Six jours consacrés à la restauration de ces milieux.

Pénurie d'eau 
La convention de Ramsar définit les zones humides comme étant des «étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d'eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l'eau est douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d'eau marine dont la profondeur à marée basse n'excède pas six mètres». Elles ont un rôle important dans l'épuration de l'eau: les végétaux présents dans ces dernières éliminent la pollution microbiologique. Ce phénomène est connu sous le nom de phytoépuration.

La gestion des zones humides est prise très au sérieux par les autorités chinoises, comme en témoigne l’existence d'un ministère de l’Eau. Et pour cause, les Chinois représentent 20% de la population mondiale et ne possèdent que 5% des réserves mondiales d'eau douce. Des stocks non seulement insuffisants, mais également pollués par les résidus des activités industrielles, agricoles et urbaines.

En réponse à cette pénurie, l’Agence française de Développement a signé un projet de restauration des zones humides de Changyuanhe, à l'est du pays, lors de la venue de Manuel Valls en Chine en 2015. Selon l'AFD, «les expériences et les bonnes pratiques tirées de ce projet pourront inspirer d'autres régions en Chine confrontées à des crises similaires de biodiversité et de gestion d'eau».

Exemple de restauration d'une zone humide en Chine