Cet article date de plus de dix ans.

"Dieu gère, purifie, chasse et détruit", a estimé l'épouse du président sortant samedi lors d'un meeting à Abidjan

"Il arrache les purulences. Regardez comment les masques tombent et comment les ennemis se dévoilent", a poursuivi Simone Gbagbo citée par l'envoyée spécial de Libération et qui "jouit d"une grande influence sur son mari", selon Libération.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Simone Gbagbo en meeting le 15 janvier 2011 à Abidjan (AFP - ISSOUF SANOGO)

"Il arrache les purulences. Regardez comment les masques tombent et comment les ennemis se dévoilent", a poursuivi Simone Gbagbo citée par l'envoyée spécial de Libération et qui "jouit d"une grande influence sur son mari", selon Libération.

A ses yeux, le "chef des bandits" (Alassane Ouattara, présenté par l'ONU comme le vainqueur de la présidentielle) est un "allié du diable". Un "allié du diable" qui a, selon elle, "décidé de faire une OPA sur la Côte d'Ivoire".

Alors que l'assistance protestait quand elle commençait à citer les noms d'Alassane Ouattara et Nicolas Sarkozy, Simone Gbagbo, a lancé: "Alors, je vais les identifier avec un nom bien clair: Sarkozy sera le 'diable', et Ouattara sera le 'chef bandit'". "Le 'diable' est persévérant dans la défaite. C'est parce que le 'diable' est persévérant que notre pays est dans la tourmente. Aujourd'hui encore, ce diable persiste", a-t-elle poursuivi à propos du président français.

Le nombre de mentions religieuses dans son discours est lié au fait que cette dernière est "connue pour avoir versé dans l'avangélisme à l'américaine", selon Libération.

Historienne de formation et ancienne représentante syndicale, Simone Gbagbo, qui représente l'aile dure de son camp, a su montrer au cours de ce meeting "un art politique consommé", rapporte le quotidien français. Elle avait "fait une entrée en procession, encadrée par des gardes du corps et des fidèles", avant de s'installer "au centre de la scène, sur une estrade où trônait un fauteuil doré au velours rouge". Avant de prononcer son allocution, elle avait laissé se succéder sur l'estrade dignitaires et chanteurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.