Cet article date de plus de neuf ans.

Des F-22 américains dans le ciel coréen

Après avoir fait voler des bombardiers furtifs la semaine dernière au-dessus de la Corée du Sud sur fond de tensions croissantes avec le régime nord-coréen, Washington a envoyé dimanche deux avions de chasse dans le cadre de manœuvre avec les forces sud-coréennes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

L'arrivée dimanche de deux chasseurs F-22 Raptor sur le sol sud-coréen
n'est pas si étonnante. Les avions américains participent aux exercices
interarmes annuels "For Eagle". Mais le contexte de tension actuel change
la donne. Depuis plusieurs jours, la Corée du Nord multiplie les invectives et les
menaces à l'encontre de son voisin du sud et de Washington.

"Provocations " et appel au calme

La tension est surtout montée depuis le survol du territoire sud-coréen par deux bombardiers furtifs américains la semaine dernière. Après
avoir menacé de frapper les îles de Guam et Hawaï, le régime communiste de Pyongyang s'est déclaré
samedi "en état de guerre " avec la Corée du Sud (de fait, les deux pays n'ont jamais signé la paix depuis l'armistice de 1953).

Et à ce jeu de la surenchère, Séoul n'est pas en reste :
"S'il y a une quelconque provocation contre la Corée du Sud et sa
population, il devrait y avoir une réponse forte avec un premier combat
indépendamment de toute considération politique
", a prévenu ce lundi la nouvelle présidente sud-coréenne Park Geune-hye.

De son côté, la Russie est également entrée dans
la danse
et a appelé les deux Corées et les Etats-Unis à faire preuve d'une
"responsabilité et d'une retenue maximale ".

Nouveau modèle de bombe atomique au Nord ?

Ce jeu d'invectives est un grand classique des relations
entre les deux Corées. Et à chaque passe d'armes, le soufflet retombe aussi
rapidement qu'il est monté. Cet énième épisode se déroule sur fond de programme
nucléaire militaire de la Corée du Nord. D'après le Washington Post, Pyongyang s'échine à cacher méticuleusement les traces de ses essais nucléaires.

En février dernier, les sondes américaines et sud-coréennes
n'ont pas réussi à détecter les traces radioactives d'un essai pourtant confirmé et qui a entraîné de nouvelles sanctions de l'Onu contre Pyongyang.
D'après le journal américain, ce serait le signe que le régime communiste
utilise un nouveau modèle de bombe atomique, à base d'uranium fortement
enrichi. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.