Des charniers découverts au Soudan du Sud

La Haut-Commissaire aux Droits de l'Homme de l'Onu, Navi Pillay, a révélé la découverte de plusieurs charniers au Soudan du Sud, suite aux affrontements qui ensanglantent le pays depuis environ une semaine. Dans la province pétrolière d'Unity, celui de Bentiu renfermerait 75 corps. D'autres fosses communes ont été mises à jour dans la capitale, Juba. A New York, l'Onu a lancé des consultations pour renforcer les capacités militaires de ses Casques bleus.

(James Akena Reuters)

La violence qui a saisi le jeune Etat du Soudan du Sud semble avoir franchi un palier. Selon la Haut-Commissaire aux Droits de l'Homme de l'Onu, Navy Pillay, plusieurs fosses communes ont été mises à jour dans le pays, après les affrontements qui ont éclaté la semaine dernière. Leur découverte va alourdir le bilan qui se monte déjà autour de 600 tués. Mardi soir, l'armée soudanaise a repris la ville de Bor, à 200 km au nord de Juba.

75 corps découverts à Bentiu

Dans la province pétrolière d'Unity, disputée entre les forces loyales au président Salva Kiir et son ex-vice-président, Riek Machar, une fosse commune de 75 corps a été trouvée dans la ville de Bentiu. Il contiendrait les corps de militaires de la SPLA, c'est à dire l'armée officielle du pays. "Ils seraient apparemment de l'ethnie Dinka ", a confié Navy Pillay, celle du président. La ville est tombée entre les mains d'un commandant pro-rebelles. Deux autres charniers se trouveraient près de la capitale, Juba, mais n'ont pas encore pu être visités par des agents de l'Onu.

La Haut-Commissaire s'inquiète aussi du sort des centaines de prisonniers civils, arrêtés durant des perquisitions à Juba et détenus dans des lieux secrets. Elle dénonce les "exécutions de masse, en dehors de tout jugement, le ciblage d'individus sur la base de leur appartenance ethnique et les détentions arbitraires ". Le pays compte déjà environ 45.000 réfugiés, fuyant les combats commencés il y a une dizaine de jours.

"Le bilan atteint des milliers" de morts (ONU)

Le chef de la mission humanitaire de l'ONU au Soudan a indiqué ce mardi que des "milliers" de Soudanais avaient été tués dans les violences. "Il n'y a aucun doute pour moi, le bilan atteint des milliers" de morts, a dit le chef de la mission, Toby Lanzer.

L'Onu demande 5.500 soldats de plus

Pour tenter de juguler le cercle vicieux de la violence, l'Onu souhaite muscler la mission des Casques bleus sur place. La Minuss compte pour l'instant 7.000 militaires et 700 policiers. Le secrétaire général Ban Ki-moon souhaite un renfort de 5.500 soldats et 423 policiers. le Conseil de sécurité a entamé des consultations d'urgence pour examiner cette demande. En attendant, les Etats-Unis, parrains de l'indépendance, renforcent leur pression diplomatique et demandent directement à Riek Machar de négocier avec le président Salva Kiir.