Dans une vidéo, Boko Haram revendique l'enlèvement des sept Français au Cameroun

Un vidéo postée sur YouTube lundi montre les sept otages français, trois adultes et quatre enfants, enlevés la semaine dernière dans le nord du Cameroun. Dans cette vidéo, un ravisseur menace d'exécuter les otages et se revendique de Boko Haram. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a confirmé la revendication de ce groupe islamiste, et a indiqué que les otages étaient "probablement au Nigeria".

(Autre)

Ce sont les premières images des Français enlevés la semaine dernière au Cameroun. Dans cette vidéo mise en ligne lundi sur YouTube, les trois adultes et les quatre enfants âgés de 5 à 12 ans sont assis par terre sur un tapis. La Française est voilée. Tout autour d'eux des tentures, et de part et d'autre deux hommes armés au visage couvert. Au fond, derrière eux, une sorte de drapeau avec une inscription et deux armes dessinées en blanc sur fond noir.

Une source proche de la famille jointe par l'AFP a confirmé l'avoir identifiée sur ce document. Un des Français, le père, lit un texte en français inscrit sur un papier : "Nous avons été arrêtés par  Ahlis Sunnah Lādda'awatih wal-Jihad. Ils veulent la libération des frères de Sunnah Lādda'awatih wal-Jihad emprisonnés au Cameroun. I ls veulent la libération des femmes de Sunnah Lādda'awatih wal-Jihad emprisonnées au Nigeria ".

"Ahlis Sunnah Lādda'awatih wal-Jihad" est le nom complet en arabe de la secte islamiste Boko Haram, soupçonnée depuis le début d'être à l'origine de cet enlèvement. 

Menace d'exécution des otages

La vidéo dure 3 minutes et 25 secondes. Un des ravisseurs prend ensuite la parole en arabe. Visage couvert, il est assis devant les Français. Il menace de tuer les otages si les revendications du groupe ne sont pas satisfaites. Il accuse le président français François Hollande, dont les armées interviennent depuis le 11 janvier au Mali, de mener une guerre contre l'islam. "Le président français a déclaré la guerre à l'islam et nous  le combattons partout ", ajoute-t-il.

 "Si vous voulez qu'on libère ces Français, relâchez rapidement toutes nos  femmes que vous détenez ", dit le ravisseur, à l'intention du président nigérian Goodluck Jonathan. "Nous mettons en garde aussi le président du Cameroun (Paul Biya, ndlr),  qu'il relâche rapidement nos frères détenus dans ses prisons ", ajoute-t-il.

Dans cette vidéo les sept otages apparaissent ensemble, alors que vendredi François Hollande indiquait qu'ils étaient "sans doute retenus en deux groupes ". On ne connaît pas la date de tournage de cette vidéo. 

> À lire Qui sont les sept Français enlevés au Cameroun ?

Le Premier ministre confirme la revendication de Boko Haram

Peu de temps après la diffusion de cette vidéo, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a indiqué que le gouvernement avait "désormais l'information que le groupe  Boko Haram revendique la détention ". S'exprimant après une réunion d'un conseil de défense à l'Elysée, il a ajouté que la famille était "probablement détenue au Nigeria ".

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a jugé ces images "terriblement choquantes ". "Elles démontrent une cruauté sans limites. Nous procédons  aux vérifications nécessaires dans ces circonstances. Tous les services de l'Etat sont mobilisés pour libérer nos  compatriotes ", a-t-il dit dans un communiqué.

Les ravisseurs des sept Français enlevés mardi dernier au Cameroun auraient été localisés dans l'Etat de Borno par les forces de sécurité nigérianes. Ils se trouveraient entre les localités de Dikwa et de Ngala, dans l'extrême nord-est du Nigeria.