Cet article date de plus d'onze ans.

Dans le domaine spatial, le projet de budget présenté lundi par Barack Obama place mars devant la lune

Le président américain tire un trait sur le retour des astronautes américains sur la lune et privilégie les nouvelles technologies nécessaires à l'envoi de missions sur Mars."Ce que nous proposons, c'est d'annuler le programme Constellation, pas de le retarder", a dit aux journalistes Peter Orszag, responsable de la direction du budget.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La planète Mars. Ici, les premières observations de flocons de neige. (F2)

Le président américain tire un trait sur le retour des astronautes américains sur la lune et privilégie les nouvelles technologies nécessaires à l'envoi de missions sur Mars.

"Ce que nous proposons, c'est d'annuler le programme Constellation, pas de le retarder", a dit aux journalistes Peter Orszag, responsable de la direction du budget.

Les sommes économisées grâce à l'abandon de ce programme, qui devait assurer le retour d'astronautes américains sur la Lune d'ici 2020, serviront à financer la recherche en vue de l'envoi d'une mission habitée sur Mars, a-t-il ajouté.

Le budget pour l'année fiscale qui s'achève le 30 septembre 2011, et que doit encore approuver le Congrès, prévoirait également que des sociétés commerciales prennent le relais des organismes publics pour assurer les voyages dans l'espace.

La Nasa, l'agence spatiale américaine, reçoit chaque année une enveloppe de 18 milliards de dollars, dont plus de la moitié est consacrée aux missions habitées.

Elle préparait depuis des années le remplacement de ses navettes, qui doivent être retirées cette année du service après cinq autres missions pour achever la Station spatiale internationale (ISS), un projet de 100 milliards de dollars poursuivi par seize nations.

Le budget proposé par le président Obama met fin aux travaux sur le véhicule spatial Orion, destiné à remplacer les navettes, et sur les projets des deux fusées Ares qui devaient conduire les astronautes vers l'ISS, la Lune ou d'autres destinations dans le système solaire.

Appel au secteur privé ?
La Nasa a déjà dépensé neuf milliards de dollars pour le programme Constellation et aura probablement encore besoin de plusieurs millions pour annuler les contrats en cours.

Selon une enquête demandée l'an dernier par Obama , il aurait fallu injecter chaque année trois milliards de dollars supplémentaires pour sauver le programme Constellation.

La commission d'experts a également recommandé que la Nasa aide le secteur privé à construire des véhicules spatiaux destinés à assurer les liaisons avec l'ISS, un service que les Etats-Unis paient actuellement à la Russie 50 millions de dollars par passager.

Apparemment, Obama est décidé à suivre cette recommandation qui selon ses partisans permettrait de créer plus d'emplois, notamment en Floride, en raison des investissements privés.

La Nasa a déjà des contrats avec les sociétés Space Exploration Technologies et Orbital Sciences qui livrent du matériel à l'ISS. SpaceX et d'autres compagnies travaillent aussi sur des vaisseaux spatiaux capables d'envoyer des passagers en orbite.

Plusieurs membres du Congrès, face au projet d'abandon du programme Constellation, ont exprimé dès la semaine dernière leur désaccord, comme le sénateur démocrate de Floride Bill Nelson qui a juré de "défendre la Nasa et les milliers d'employés menacés de perdre leur travail".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.