Cet article date de plus d'onze ans.

Dans la cité où Jésus est né, selon les Evangiles, 15.000 pèlerins chrétiens palestiniens et étrangers ont célébré Noël

Les fêtes à Bethléem, limitées par les restrictions imposées par l'occupation israélienne, ont culminé jeudi avec la messe de minuit.Elle a été célébrée en 6 langues par le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, dans l'Eglise Sainte-Catherine jouxtant la basilique de la Nativité, en présence notamment du président palestinien Mahmoud Abbas.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La messe de minuit à Bethléem, le 24 décembre 2009 (France 2)

Les fêtes à Bethléem, limitées par les restrictions imposées par l'occupation israélienne, ont culminé jeudi avec la messe de minuit.

Elle a été célébrée en 6 langues par le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, dans l'Eglise Sainte-Catherine jouxtant la basilique de la Nativité, en présence notamment du président palestinien Mahmoud Abbas.

Le patriarche a lancé un message de paix dans son homélie: "Je m'adresse à tous les croyants du monde pour les presser de prier pour la Terre Sainte. C'est une terre qui souffre et espère", a-t-il déclaré, avant d'appeler Israéliens et Palestiniens à se traiter mutuellement avec respect. "Les habitants de cette terre sont des frères qui se perçoivent comme des ennemis. Cette terre ne méritera d'être appelée sainte que lorsqu'elle respirera la liberté, la justice, l'amour, la réconciliation, la paix et la sécurité", a-t-il conclu.

Le retour en masse des pèlerins pour la troisième année consécutive a donné un coup de fouet à l'économie de cette ville de Cisjordanie, gravement affectée par la seconde Intifada, déclenchée en septembre 2000, les violences ayant fait fuir les visiteurs. Le nombre de touristes à Bethléem a atteint le chiffre de 1,6 million en 2009, a indiqué la ministre palestinienne du Tourisme Khouloud Douaibess. Les hôteliers s'attendent à une progression de leurs affaires de 60 à 70% cette année.

Si le calme règne et si l'armée israélienne s'abstient, en règle générale, de pénétrer dans cette ville sous statut autonome, les barrages militaires à l'entrée de Bethléem et la muraille qui sépare la ville de Jérusalem-est annexée, rappellent la poursuite de l'occupation.

Jadis majoritaires, les chrétiens ne représentent plus que 20% des 180.000 habitants de Bethléem et des localités limitrophes. Comme en 2008, 300 chrétiens palestiniens de la bande de Gaza, sur les 2.500 que compte ce territoire, ont été autorisés à célébrer Noël en Cisjordanie et y séjourner durant les fêtes, a annoncé l'armée israélienne.

Toujours au Proche-Orient, les chrétiens d'Irak ont célébré Noël dans la crainte de violences, cette communauté religieuse étant régulièrement la cible d'attentats. En l'espace d'un mois, sept attaques contre des chrétiens ont fait cinq morts et 45 blessés, la dernière en date, jeudi, ayant fait une victime.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.