Vol MH17 : des témoins racontent l'horreur du crash

Sur le lieu où l'appareil de Malaysia Airlines s'est écrasé, les débris de métal et les terres calcinées offrent un triste spectacle de désolation. Plus loin, des cadavres gisent dans les champs.

Un membre des services de secours inspecte le site du crash de l\'avion de Malaysia Airlines, à Grabovo, en Ukraine, le 18 juillet 2014.
Un membre des services de secours inspecte le site du crash de l'avion de Malaysia Airlines, à Grabovo, en Ukraine, le 18 juillet 2014. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Au lendemain du crash du vol MH17, qui a causé la mort de 298 personnes, les séparatistes pro-russes sont pointés du doigt par une partie de la communauté internationale, notamment Barack Obama. A côté des responsabilités sur ce drame, les témoignages décrivant des scènes d'horreur se multiplient.

> Suivez en direct les dernières informations sur le crash du vol MH17

De la fumée s'échappait de l'avion

Un homme raconte la scène du crash à RTL"J'étais à la maison aux toilettes et j'ai vu un avion traverser le ciel à grande vitesse depuis ma fenêtre, avec de la fumée à plusieurs centaines de mètres de ma maison. Ensuite, j'ai entendu une énorme explosion quand il est tombé, nous sommes très choqués", détaille ce témoin. Plusieurs autres assurent avoir vu l'avion se disloquer en vol.

Par ailleurs, des habitants de la région ont également affirmé avoir vu des avions de combat dans le ciel peu avant que l'appareil de la Malaysia Airlines n'entame sa chute vers le sol, selon l'agence russe Ria Novosti.

Une pluie de corps et de métal

"Il y a eu un bruit assourdissant, puis tout a commencé à s'agiter. Des objets tombaient du ciel", témoigne Irina Tipounova, une habitante du petit village de Rozsypne. "J'ai ensuite entendu un vrombissement et elle a atterri dans la cuisine", raconte cette retraitée de 65 ans, désignant le trou laissé dans le plafond de sa maison par le corps d'une victime. Le corps nu de la femme décédée gît encore à l'intérieur de la maison, à côté du lit, en attendant que des experts viennent la récupérer.

A une centaine de mètres du domicile d'Irina Tipounova, des dizaines d'autres cadavres se sont échoués dans les champs de blé où l'avion de ligne a chuté. "J'ai ouvert la porte et j'ai vu des gens tomber du ciel. Un corps est tombé sur mon carré de légumes", témoigne une jeune femme. Outre des corps humains, c'est une pluie de pièces de métal, de morceaux de bagages et autres débris qui s'est abattue sur les terres cultivées de cette région frontalière de la Russie.

Une scène d'horreur dans les champs de blé

"Anatoli, viens par ici, il y en a plein le champ !" Les pompiers avancent lentement dans les blés, marquant d'un bâton surmonté d'un petit chiffon blanc les emplacements des restes humains des passagers du vol. Au lendemain du crash, les débris de l'avion sont éparpillés sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés dans une zone de campagne autour du village de Grabovo, dans l'Est de l'Ukraine, non loin de la ligne de front entre séparatistes pro-russes et forces loyalistes ukrainiennes.

Plus de 12 heures après la catastrophe, des dizaines de corps et restes humains restent toujours en l'état, éparpillés sur la zone du crash. Des cartes d'un jeu de sept familles et un guide touristique Lonely Planet témoignent d'un départ en vacances familial. Un bras dépasse d'un fauteuil au revêtement violet renversé dans le fossé. Non loin, les secouristes ont regroupé valises et sacs de voyage sur un talus.

A quelques centaines de mètres, un second point d'impact, où une aile chargée de kérosène a entièrement calciné un champ. La dévastation est totale, le métal a fondu, puis s'est solidifié en flaques en refroidissant. Seules traces d'une présence humaine, quelques vertèbres blanchies se détachent dans le tableau noir laissé par l'incendie.