VIDEO. Crash en Ukraine : Moscou et Kiev se livrent une guerre de propagande

Le correspondant de France 2, Alban Mikoczy, décrypte la guerre de propagande à laquelle se livrent Kiev et Moscou.

FRANCE 2

Qui a abattu le vol MH17 de la Malaysia Airlines pour qu'il s'écrase dans l'est de l'Ukraine ? Est-ce une erreur des rebelles qui pensaient viser un avion ukrainien ? Ou bien une bavure inexplicable des Ukrainiens ou des Russes ? Samedi 19 juillet, les spéculations vont bon train dans un contexte de guerre de propagande entre Kiev et Moscou, décrypte le correspondant de France 2 à Moscou, Alban Mikoczy.

Russes et rebelles prorusses d'une part, Ukrainiens d'autre part, se rejetent la responsabilité du tir fatal. Des messages affichés (et parfois rapidement enlevés) sur des sites internet rebelles et des conversations interceptées par les services de sécurité ukrainiens laissent à penser que l'appareil a pu être abattu par erreur par les rebelles. Ils l'auraient pris pour un avion de l'armée de l'air ukrainienne.

Si jamais cette hypothèse, à traiter avec prudence dans le contexte d'une virulente guerre de propagande et de désinformation, se confirmait, la position des séparatistes et de leur allié présumé Vladimir Poutine s'en trouverait considérablement affaiblie face à la communauté internationale.

Missile Bouk

A moins que les experts américains, qui ont attribué la tragédie à un missile sol-air, parviennent à en identifier la source à l'aide de leurs systèmes de surveillance électronique, les enquêteurs devront tenter de déterminer l'appartenance de cet engin performant, probablement un missile de fabrication russe Bouk. Selon Kiev, un tel missile a été offert aux rebelles par les Russes, tandis que les insurgés avaient affirmé il y a quelque temps en avoir pris aux forces de Kiev, ce que ces dernières ont démenti.

Mais les insurgés disent qu'ils ne disposent pas de Bouk. En revanche, Moscou affirme que le système de missiles ukrainien était actif, laissant entendre que Kiev pourrait être responsable de la destruction en vol du Boeing de la Malaysia. Mais pour les autorités ukrainiennes, la culpabilité de la Russie - qu'ils accusent depuis des mois de fournir des combattants et du matériel militaire lourd aux rebelles - ne fait pas de doute.

 

Des débris du vol de la Malaysia Airlines, dans l\'est de l\'Ukraine, le 18 juillet 2014.
Des débris du vol de la Malaysia Airlines, dans l'est de l'Ukraine, le 18 juillet 2014. (SONER KILINC / ANADOLU AGENCY / AFP)