Guerre en Ukraine : Joe Biden dénonce des "crimes de guerre majeurs" dans le pays

Le président américain a également promis "d'étouffer pour des années" le développement économique de la Russie.

Le président américain Joe Biden lors d\'une conférence syndicale à Washington, le 6 avril 2022.
Le président américain Joe Biden lors d'une conférence syndicale à Washington, le 6 avril 2022. (MANDEL NGAN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Il s'est exprimé lors d'une conférence syndicale à Washington. Joe Biden a dénoncé, mercredi 6 avril, des "crimes de guerre majeurs" en Ukraine, en évoquant les "corps laissés dans les rues après le retrait des Russes" et les "civils exécutés de sang-froid" à Boutcha, à côté de Kiev. "Les nations responsables doivent s'unir pour que les responsables rendent des comptes", a déclaré le président américain en promettant également "d'étouffer pour des années" le développement économique de la Russie. 

Vladimir Poutine parle de "provocation grossière et cynique" sur Boutcha. Vladimir Poutine a qualifié, mercredi 6 avril, de "provocation grossière et cynique" des autorités ukrainiennes la découverte de cadavres de civils dans la ville de Boutcha, lors d'un entretien avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Il s'agit de la première réaction du président russe sur cette affaire qui suscite une indignation internationale.   

Les habitants de l'est de l'Ukraine invités à évacuer "maintenant". Les autorités régionales "appellent la population à quitter ces territoires et font tout pour que les évacuations se déroulent de façon organisée", a déclaré la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk, citée par le ministère de l'Intégration sur Telegram, ajoutant qu'il fallait le faire "maintenant" sous peine de "risquer la mort". L'armée russe pourrait lancer une offensive majeure sur le Donbass, désormais cible prioritaire du Kremlin.

 Les Etats-Unis vont débloquer 100 millions de dollars supplémentaires d'aide sécuritaire pour soutenir Kiev. Il s'agit de "répondre à un besoin ukrainien urgent de systèmes antichars Javelin supplémentaires, que les Etats-Unis ont fournis à l'Ukraine et qu'ils ont (...) utilisés pour défendre leur pays" face à l'invasion russe, a précisé un porte-parole du Pentagone. Selon le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, cela porte à 1,7 milliard de dollars l'aide sécuritaire américaine allouée à l'Ukraine depuis le début de la guerre. 

Kiev réclame l'exclusion de la Russie du Conseil de sécurité de l'ONU. Invité à s'exprimer mardi face à l'instance des Nations unies, Volodymyr Zelensky a appelé à agir "immédiatement" contre Moscou, au regard des "crimes de guerre" commis selon lui par les troupes russes en Ukraine.

 De nouvelles sanctions européennes contre Moscou. Les 27 doivent annoncer mercredi un nouveau train de mesures contre la Russie, accusée d'être responsable du massacre de plusieurs centaines de civils ukrainiens dans des localités situées près de Kiev. La Commission européenne propose notamment de cesser les achats de charbon russe et de fermer les ports européens aux bateaux opérés par des Russes.

 Trois enquêtes pour "crimes de guerre" ouvertes en France. Le Parquet national antiterroriste a annoncé, mardi, avoir ouvert trois enquêtes contre X, des chefs de "crimes de guerre" susceptibles d'avoir été commis contre des ressortissants français au cours des dernières semaines en Ukraine. Les investigations ont été confiées à l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH).

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

00h11 : Ce direct se met en pause. Demain matin, dès 6 heures, il rouvrira ses portes, pour une nouvelle journée d'actualité. En attendant, voici un dernier point sur l'actualité.

Alors que les Etats-Unis et l'Union européenne prévoient de nouvelles sanctions contre la Russie, les habitants de l'est de l'Ukraine sont invités à évacuer "maintenant". Voici ce qu'il faut retenir de la journée.

Les lycéens de terminale et les jeunes en réorientation vont pouvoir finaliser leur dossier et compléter leurs voeux sur Parcoursup jusqu'à vendredi au lieu de jeudi, a annoncé la plateforme sur Twitter.

À presque 37 ans, le tennisman Jo-Wilfried Tsonga a annoncé sa retraite sportive, dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux. Le Manceau tirera sa révérence après Roland-Garros, prévu du 22 mai au 5 juin.

Alors que le GIEC vient de son rendre son troisième rapport pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement de Justin Trudeau, au Canada, a donné son aval pour la construction d'un grand projet pétrolier controversé dans l'océan Atlantique, a annoncé le ministre de l'Environnement Steven Guilbeault.

00h01 : Il a été l'un des premiers journalistes étrangers à entrer avec son équipe dans les ruines du théâtre de Marioupol. L'un des premiers reporters également à filmer cette ville martyre, aujourd'hui contrôlée par les forces russes. Luc Lacroix, le correspondant permanent de France Télévisions à Moscou, couvre la guerre en Ukraine du côté des séparatistes pro-russes. Il raconte la guerre vécue de l'intérieur dans ce podcast.

23h59 : "Le gouvernement ukrainien a raison de faire évacuer la population tout de suite parce que cela va être une guerre de l'ancien monde avec de l'artillerie et des tirs un peu partout."

Les autorités ukrainiennes ont demandé aux populations d'évacuer l'est du pays. Sur franceinfo, le général Dominique Trinquand, estime que l'on est entré dans "la troisième phase" de la guerre. Retrouvez son interview.

22h29 : Les Ukrainiens craignent que les grandes villes de l'est et du sud du pays ne subissent le même sort que Marioupol, détruite à 90% par les bombardements selon le maire. Dans cette ville, les enfants ont appris à vivre terrés et au rythme des bombes. Voici le reportage de France 2.

22h23 : Faisons un nouveau point sur l'actualité de ce mercredi soir :

Vladimir Poutine dénonce une "provocation grossière et cynique" de l'Ukraine après la découverte de corps de civils à Boutcha. De son côté, le président américain, Joe Biden, a dénoncé des "crimes de guerre majeurs". Suivez notre direct.

Kiev a appelé les habitants de l'est de l'Ukraine à évacuer la région sur fond de craintes d'une offensive majeure et meurtrière de l'armée russe.


Les lycéens de terminale et les jeunes en réorientation vont pouvoir finaliser leur dossier et compléter leurs voeux sur Parcoursup jusqu'à vendredi au lieu de jeudi, a annoncé la plateforme sur Twitter.

À presque 37 ans, le tennisman Jo-Wilfried Tsonga a annoncé sa retraite sportive, dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux. Le Manceau tirera sa révérence après Roland-Garros, prévu du 22 mai au 5 juin.

22h06 : "Un char est entré dans la rue et a commencé à tirer sur les maisons. Il s'est arrêté près de chez nous. Des soldats sont entrés dans la cour et ont commencé à fouiller. On s'est réfugiés dans la cave. L'un d'entre-eux s'est approché et il a crié : 'Vous les Ukrainiens, sortez ! On ne va pas vous tuer', puis il a jeté un objet qui a explosé."

Franceinfo a recueilli le témoignage de Lubov, une Ukrainienne qui vit à Kolonshchyna, à l'ouest de Kiev. Elle témoigne des atrocités qu'ils ont subi, avec son époux, de la part des soldats russes.Lubov vit à Kolonshchyna, à l'ouest de Kiev (Ukraine). (BENJAMIN THUAU / RADIO FRANCE)(BENJAMIN THUAU / RADIO FRANCE)

21h44 : L'Italie importe 95% du gaz qu'elle consomme, dont environ 40% proviennent de la Russie. Cependant, Rome "suivra les décisions de l'Union européenne" concernant de nouvelles sanctions contre la Russie, et notamment un éventuel embargo sur le gaz, qui n'est toutefois "pas encore sur la table", a affirmé le Premier ministre Mario Draghi.

21h30 : Les forces armées russes se concentrent désormais sur l’est de l’Ukraine. À Krasnopillya, les militaires s’organisent pour contenir l’avancée des Russes. Voici le reportage de France 2.

21h26 : Ces propos d'Emmanuel Macron font suite aux critiques formulées le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki. "On ne débat pas, on ne négocie pas avec les criminels (...) Est-ce que vous négocieriez avec Hitler, avec Staline, avec Pol Pot", avait-il ajouté.

"Ces propos sont à la fois infondés et scandaleux, mais ils ne m'étonnent pas"
, a répondu ce soir Emmanuel Macron, accusant le Premier ministre polonais, membre "d'un parti d'extrême droite" de s'immiscer dans la campagne politique française après avoir "plusieurs fois reçu madame Le Pen", la candidate du Rassemblement National qu'il "soutient", a déclaré le président-candidat.

21h22 : "J'assume totalement d'avoir constamment, au nom de la France, parlé au président de la Russie pour éviter la guerre et construire une nouvelle architecture de paix en Europe il y a plusieurs années."

Emmanuel Macron défend le fait de s'être entretenu avec le président russe à de nombreuses reprises depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe le 24 février. "J'ai toujours œuvré pour parler avec la Russie" et "j'ai constamment discuté pour obtenir cessez-le feu, trêve humanitaire, comme d'ailleurs le chancelier (Olaf) Scholz en Allemagne le fait ou d'autres chefs d'État et de gouvernement en Europe. Je pense que c'est mon devoir, c'est sans complaisance et sans naïveté", a-t-il poursuivi, sur le plateau de TF1.

21h17 : "Je pense que l'une des principales raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas faire entrer d'aide humanitaires dans Marioupol est que, tant que tout n'a pas été 'nettoyé' par les soldats russes, ils ont peur que le monde voie ce qu'il s'y passe".

Dans un entretien avec la chaîne de télévision turque Habertürk, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé la Russie de bloquer l'accès humanitaire à Marioupol pour dissimuler les "milliers" de victimes dans cette ville assiégée et toujours bombardée du sud-est de l'Ukraine.

20h23 : "La guerre peut durer longtemps, plusieurs mois, voire des années. Et c'est la raison pour laquelle nous devons également être préparés à un long parcours, à la fois en ce qui concerne le soutien à l'Ukraine, le maintien des sanctions et le renforcement de nos défenses."

Alors que le président russe Vladimir Poutine n'a pas renoncé à son objectif de "contrôler l'ensemble de l'Ukraine" le secrétaire général de l'Otan a estimé que le conflit pouvait se prolonger.

20h18 : Quatre civils ont été tués et quatre autres blessés dans le bombardement par les forces russes d'un centre de distribution d'aide humanitaire à Vougledar, dans l'est de l'Ukraine. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kirilenko, a fait part de ce bilan sur Facebook.

20h12 : Sur les réseaux sociaux, des internautes estiment que le massacre survenu à Boutcha, près de Kiev, est une mise en scène. Notre cellule Vrai ou Fake, revient sur cette thèse d’une manipulation qui remet en cause le récit des journalistes présents sur place.

20h04 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

Vladimir Poutine dénonce une "provocation grossière et cynique" de l'Ukraine après la découverte de corps de civils à Boutcha. De son côté, le président américain, Joe Biden, a dénoncé des "crimes de guerre majeurs". Suivez notre direct.

Kiev a appelé les habitants de l'est de l'Ukraine à évacuer la région sur fond de craintes d'une offensive majeure et meurtrière de l'armée russe.


Des incidents ont éclaté devant la préfecture de Haute-Corse, à Bastia, rapporte France 3 Corse. Une nouvelle mobilisation se déroule à l'appel de nombreuses organisations et associations.


Le Parquet national financier a ouvert une enquête pour "blanchiment aggravé de fraude fiscale" après un rapport du Sénat sur l'influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques pendant le mandat d'Emmanuel Macron.

19h38 : "Ce qui se passe ce n'est rien de moins que des crimes de guerre majeurs. Les nations responsables doivent s'unir pour que les responsables rendent des comptes."

Lors d'une conférence syndicale à Washington, Joe Biden a évoqué l'Ukraine et notamment les "corps laissés dans les rues après le retrait des Russes" et les "civils exécutés de sang-froid" à Boutcha, à côté de Kiev.

19h11 : The @IEA is moving ahead with a collective oil stock release of 120 million barrels (including 60 million barrels contributed by the US as part of its overall draw from its Strategic Petroleum Reserve).More details of specific contributions will be made public soon.

19h09 : A noter que ce total de 120 millions de barils supplémentaires inclut les 60 millions de barils qui seront mis sur le marché par les Etats-Unis, dont le président, Joe Biden, a déjà annoncé récemment qu'ils allaient puiser un peu plus dans leurs réserves stratégiques.

19h08 : Pour tenter de calmer les cours du pétrole, secoués par la guerre en Ukraine, les pays développés membres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) vont puiser 120 millions de barils supplémentaires dans leurs réserves. Le directeur exécutif de l'organisme, Fatih Birol, l'annonce sur Twitter.

18h34 : Tout comme l'UE, le Royaume-Uni durcit ses sanctions imposées à Moscou. Londres a interdit tout investissement britannique en Russie, ciblant les secteurs bancaire et énergétique, ainsi que des oligarques, a déclaré la cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss.

18h28 : L'UE compte poursuivre sa politique de sanctions contre la Russie. Oui, mais comment ? Mettre fin aux importations de charbon russe, limiter encore davantage les importations et les exportations, geler les avoirs des oligarques... On revient sur les options étudiées dans cet article.

18h15 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

Vladimir Poutine dénonce une "provocation grossière et cynique" de l'Ukraine après la découverte de corps de civils à Boutcha. Suivez notre direct.

Kiev a appelé les habitants de l'est de l'Ukraine à évacuer la région sur fond de craintes d'une offensive majeure et meurtrière de l'armée russe.


# La famille du militant indépendantiste corse Yvan Colonna attaque l'Etat en justice, estimant "que l'administration pénitentiaire est juridiquement responsable de son décès", annonce l'un des avocats de la famille.

La famille de Samuel Paty a déposé plainte contre les ministères de l'Intérieur et de l'Éducation nationale pour "non-assistance à personne en péril" et "non-empêchement de crime", a appris franceinfo.

Le Parquet national financier a ouvert une enquête pour "blanchiment aggravé de fraude fiscale" après un rapport du Sénat sur l'influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques pendant le mandat d'Emmanuel Macron.

17h53 : Les Etats-Unis ont annoncé une nouvelle volée de sanctions économiques et financières qu'ils qualifient de "dévastatrices" contre la Russie, selon un communiqué de la Maison Blanche. L'exécutif américain va appliquer les contraintes les plus sévères qu'il puisse imposer aux grandes banques russes Sberbank et Alfa Bank, ainsi qu'à plusieurs grandes entreprises publiques.

17h29 : Un "Z" comme celui peint sur les chars de l'armée russe a été tagué à plusieurs reprises à l'entrée de l'église orthodoxe russe de Strasbourg, rapporte France Bleu Alsace. La paroisse orthodoxe de la ville annonce qu'elle a porté plainte, après avoir découvert ces lettres taguées à la peinture rouge.

17h19 : "Nous devons être réalistes. La guerre peut durer longtemps, plusieurs mois, voire des années."

"Nous n'avons vu aucune indication selon laquelle Poutine aurait changé son objectif de contrôler l'ensemble de l'Ukraine", a souligné Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan avant le début d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance. "Nous devons également être préparés à un long parcours, à la fois en ce qui concerne le soutien à l'Ukraine, le maintien des sanctions et le renforcement de nos défenses", a-t-il ajouté.

16h44 : Viktor Orban a déclaré que la Hongrie ne voyait aucun problème "dans le paiement en roubles" du gaz russe, "si c'est ce que les Russes veulent". Cette annonce prend le contre-pied des autres pays de l'Union européenne qui ont refusé la demande de Moscou.

16h38 : Lors d'un entretien avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le président russe Vladimir Poutine a qualifié de "provocation grossière et cynique" des autorités ukrainiennes la découverte de cadavres de civils dans la ville de Boutcha, près de Kiev. Avant cette première réaction du président russe, le Kremlin avait qualifié de "falsification" les images de corps jonchant les rues de cette ville publiées dans les médias.

16h02 : Bonjour @Corinne, merci à vous pour vos mots. A priori, cela semble très compliqué. Hier, le président ukrainien Volodymyr Zelenski a demandé l'exclusion de la Russie du Conseil de sécurité de l'ONU, ce qui priverait le pays de son droit de veto. Pour le géopoliticien Frédéric Encel, interrogé par franceinfo, chasser la Russie de ce Conseil de sécurité est "inimaginable". "Cela n'a jamais été fait depuis 1945", assure-t-il. Selon lui, "la Russie ne peut pas être exclue, sans quoi on renverse la table. Et je pense qu'à ce moment-là, la Russie, la Chine et beaucoup d'autres États créeront une espèce d'ONU bis", ce qui ouvrirait "une ère totalement nouvelle" et "extraordinairement dangereuse".

15h55 : Bonjour franceinfo et merci pour votre formidable travail. Peut-on retirer à la Russie son droit de véto ? Merci.

15h26 : "Quand vous regardez ce qui se passe à Boutcha, les révélations sur ce que [le président russe Vladimir] Poutine a fait en Ukraine, [cela] ne semble pas loin du génocide selon moi."

"Je ne doute pas que la communauté internationale, le Royaume-Uni au premier rang, agira de nouveau de concert pour imposer plus de sanctions et de pénalités contre le régime de Vladimir Poutine", a ajouté le Premier ministre.

15h21 : La vice-Première ministre, Iryna Verechtchouk, appelle les habitants des régions de Donetsk et de Louhansk à évacuer "pendant qu'il est encore temps". Kiev craint de ne plus être en mesure de venir en aide aux habitants, face à l'avancée de l'armée russe. La situation est notamment critique à Roubijen, contrôlée à 60% par l'armée russe après les bombardements de la nuit, selon le gouverneur Serguyi Gaïdaï. Onze couloirs humanitaires ont été ouverts dans ces territoires et celui de Zaporijia.

15h48 : Kiev appelle les habitants de l'est de l'Ukraine à évacuer "maintenant".

15h11 : Le Premier ministre nationaliste hongrois, Viktor Orban, a annoncé s'être entretenu avec le président russe Vladimir Poutine. "J'ai proposé au président Poutine de déclarer un cessez-le feu immédiat", a-t-il dit devant la presse. Il lui a également proposé de venir à Budapest pour des discussions avec les dirigeants ukrainien, français et allemand : "Il a dit oui, mais avec des conditions."

15h02 : L'Assemblée générale de l'ONU procédera demain à 15 heures à un vote, sur une demande des Occidentaux, de suspension de la Russie du Conseil des droits de l'Homme en raison de l'invasion de l'Ukraine, a annoncé la présidence de cet organe principal des Nations unies. Pour que la Russie soit suspendue du Conseil des droits de l'Homme, il faut une majorité des 2/3 des pays qui voteront pour et contre lors du scrutin auquel sont conviés les 193 membres de l'Assemblée générale.

14h49 : Le démenti russe après la découverte des massacres de Boutcha n'a pas convaincu l'Allemagne. "Les explications données du côté russe, selon lesquelles il s'agissait de mises en scène ou que la Russie n'était pas responsable des assassinats, ne sont pas tenables à nos yeux", a déclaré le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit, après "l'évaluation des images satellites" diffusées dans la presse.

14h23 : Swimming ThroughThe performance “Swimming Through” is a call for action in support of the Ukrainian people who are facing genocide committed by Russia.

14h26 : Un étang a été coloré de rouge sang devant l'ambassade de Russie à Vilnius (Lituanie). Les responsables de la ville évoquent une "performance artistique visant à attirer l'attention du monde sur les crimes de guerre de la Russie". La nageuse Ruta Meilutyte a diffusé une vidéo dans laquelle elle traverse le point d'eau.

14h32 : "Les Russes ont des difficultés donc ce sentiment de vouloir humilier, à mon avis, doit être encore plus fort. Le viol est une arme d'humiliation et de terreur."

Invitée de franceinfo, la juriste et enquêtrice criminelle internationale Céline Bardet déclare que le viol "est une arme d'humiliation et de terreur". La fondatrice de l'ONG We Are NOT Weapons Of War, qui lutte contre les violences sexuelles dans les conflits, demande une étude internationale pour quantifier l'utilisation du viol comme arme de guerre.

14h30 : A l'antenne tous les soirs sur la chaîne Rossiya 1, Vladimir Soloviov est l'un des principaux propagandistes du Kremlin, ce qui lui vaut d'ailleurs d'être visé par des sanctions européennes. Un incendie s'est déclaré ce matin devant sa villa de Loveno (Italie), rapporte La Repubblica (en italien), mais le sinistre a fait peu de dégâts dans cette maison en rénovation. Des inscriptions contre la guerre ont été relevées au même moment dans son autre villa italienne, à Pianello del Lario.



(VADIM ZHERNOV / SPOUTNIK VIA AFP)



(POMPIERS ITALIENS)

14h01 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

Après la publication du rapport du Sénat sur l'influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques, le Parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire du chef de "blanchiment aggravé de fraude fiscale" concernant la société McKinsey et la question de son statut fiscal en France.

# Le préfet du Nord a interdit la production de pizzas au sein de l'usine Buitoni à Caudry, après plusieurs cas graves de contamination d'enfants par la bactérie Escherichia coli et des décès, possiblement liés à la consommation de ces produits, annonce la préfecture du Nord.Vendredi, le parquet de Paris a annoncé qu'une enquête avait été ouverte pour "homicides involontaires".

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est exprimé devant le Conseil de sécurité de l'ONU, après la découverte de massacres imputés aux forces russes à Boutcha. "Il faut retirer à la Russie son droit de veto", a-t-il réclamé. Une mesure impossible à réaliser, selon les experts.

13h46 : Après la découverte des massacres de Boutcha, la question des viols commence aussi à émerger. Si, à ce stade, il est très difficile de documenter et chiffrer ces crimes, de plus en plus de cas sont répertoriés en Ukraine par les organisations de défense des droits humains et les preuves s'accumulent du côté des autorités ukrainiennes pour les prouver. Cependant, les preuves sont difficiles à récolter.

12h34 : De nouvelles sanctions ont été proposées par la Commission européenne contre la Russie. Les propositions de Bruxelles doivent être discutées par les représentants des Vingt-Sept avant une réunion lundi des ministres européens des Affaires étrangères. Mais, pour l'instant, les sanctions adoptées n'ont pour l'instant que peu d'impact sur le quotidien des Russes.

12h10 : Il est grand temps de faire le point sur les infos de la matinée :

#M Après la publication du rapport du Sénat sur l'influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques, le Parquet national financier a ouverte une enquête préliminaire du chef de "blanchiment aggravé de fraude fiscale" concernant la société McKinsey et la question de son statut fiscal en France.

# Le préfet du Nord a interdit la production de pizzas au sein de l'usine Buitoni à Caudry, après plusieurs cas graves de contamination d'enfants par la bactérie Escherichia coli et des décès, possiblement liés à la consommation de ces produits, annonce la préfecture du Nord.Vendredi, le parquet de Paris a annoncé qu'une enquête avait été ouverte pour "homicides involontaires".

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est exprimé devant le Conseil de sécurité de l'ONU, après la découverte de massacres imputés aux forces russes à Boutcha. "Il faut retirer à la Russie son droit de veto", a-t-il réclamé. Une mesure impossible à réaliser, selon les experts.

11h42 : Un pays de plus. La Grèce annonce qu'elle va expulser douze diplomates russes, à l'instar de décisions similaires ces derniers jours d'autres pays européens. Au total, près de 200 diplomates russes ont été expulsés d'Europe en 48 heures après les informations sur les morts de Boutcha.

10h35 : En Ukraine, les équipes spécialisées en pyrotechnie continuent de travailler pour débarrasser le territoire des explosifs et munitions. Ainsi, depuis le début de la guerre, "26 526 engins explosifs dont 1 366 bombes aériennes ont été neutralisés", selon le ministère de l'Intérieur ukrainien. Un numéro dédié est mis en place pour signaler leur présence aux autorités. Une surface totale de 5 507 hectares a été arpentée.

(MINISTERE DE L'INTERIEUR UKRAINIEN)

10h11 : La Commission européenne a proposé hier aux Vingt-Sept de durcir les sanctions contre Moscou, en arrêtant leurs achats de charbon russe, qui représentent 45% des importations de l'UE, et en fermant les ports européens aux bateaux russes. Mais un embargo éventuel sur le pétrole (25% des achats européens) et le gaz (45% des importations de l'UE) fait l'objet d'âpres discussions entre les Etats membres, l'Allemagne ayant exprimé publiquement ses réticences.

10h04 : L'Union européenne devra prendre "tôt ou tard" des sanctions sur le pétrole et le gaz russes, déclare le président du Conseil européen Charles Michel, dénonçant les "crimes contre l'humanité" perpétrés à Boutcha "et de nombreuses autres villes" en Ukraine.

09h28 : Le gouverneur de la région de Louhansk lance un ordre d'évacuation aux habitants (en ukrainien), de crainte que les accès ferroviaires ne soient coupés à l'avenir. Hier, dit-il, l'armée russe a détruit temporairement une voie ferrée dans la région voisine de Donetsk. Cinq couloirs humanitaires sont prévus aujourd'hui. Plusieurs villes, dont Roubijne, ont subi des bombardements et des dizaines d'habitants affluent déjà dans les gares.

(SERGUYI GAÏDAÏ)

09h32 : Vous étiez plusieurs à nous interroger ces derniers jours sur la manière de s'assurer que les corps de civils retrouvés à Boutcha, près de Kiev, étaient réels, la Russie dénonçant une mise en scène ukrainienne. "Les Révélateurs", la cellule de fact-checking d'images et de vidéos de France Télévisions, vous détaille sur Twitter comment ils ont procédé pour vérifier les dires ukrainiens.

08h26 : Les Etats-Unis annoncent débloquer une aide sécuritaire supplémentaire à l'Ukraine allant jusqu'à 100 millions de dollars (92 millions d'euros). Il s'agit de "répondre à un besoin ukrainien urgent de systèmes antichars Javelin supplémentaires", selon le porte-parole du Pentagone. Au total, l'aide sécuritaire américaine se chiffre à 1,7 milliard de dollars depuis le début de l'invasion russe (1,6 milliard d'euros).