DIRECT. Crash en Ukraine : les rebelles prorusses affirment détenir les boîtes noires

Les corps des victimes de l'avion malaisien ont été enlevés dimanche du site du crash, dans l'est de l'Ukraine, par les séparatistes prorusses qui ont posé des conditions jugées inacceptables par Kiev pour y laisser accéder les experts internationaux.

Le site du crash du vol MH17 près de Rozspyne (Ukraine), le 19 juillet 2014.
Le site du crash du vol MH17 près de Rozspyne (Ukraine), le 19 juillet 2014. (MAXIM ZMEYEV / REUTERS )
Ce qu'il faut savoir

Le chef de l'Etat, François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron haussent le ton face au président russe. Selon un communiqué de l'Elysée publié dimanche 20 juillet, les trois dirigeants souhaitent que Vladimir Poutine obtienne le "libre et total accès" à la zone du crash de l'avion du vol MH-17 en Ukraine, qui transportait 298 personnes.

Voici les principales informations sur le sujet :

 Les rebelles prorusses affirment avoir les boîtes noires. Selon un de leurs chefs, Alexandre Borodaï, ils ont trouvé "certains matériels qui pourraient être les boîtes noires" de l'avion. Il a affirmé être prêt à les remettre aux experts internationaux chargés d'élucider les causes du crash, expliquant que les rebelles "n'avaient pas de spécialistes pour les analyser" et ne faisaient "pas confiance" aux experts ukrainiens. "Ces éléments sont à Donetsk et entre mes mains", précise-t-il.

Auparavant, les rebelles avaient affiché leur intention d'envoyer les boîtes noires à Moscou pour qu'elles soient décryptées par des experts russes. Un séparatiste pro-russe usant du pseudonyme de "Novorossia" avait tweeté que les boîtes noires du Boeing 777 de la MalaysiaAirlines avaient été transportées à Donetsk.

Un accès à la zone libre exigé. "Si la Russie ne prend pas immédiatement les mesures nécessaires, les conséquences en seront tirées par l'Union européenne à l'occasion du Conseil des Affaires étrangères qui se tiendra mardi", préviennent-ils.

169 corps du crash en Ukraine placés à bord d'un train réfrigéré. L'OSCE a déclaré que ses observateurs ont été informés que 169 corps enlevés du site du crash de l'avion malaisien avaient été placés à bord d'un train réfrigéré en attendant l'arrivée des experts internationaux.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MH17

23h03 : Il est 23 heures. Retrouvez les principaux titres de l'actualité sur notre page d'accueil : 

 Journée la plus sanglante dans les deux camps depuis le début de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza. Plus de 100 palestiniens ont perdu la vie aujourd'hui, et treize soldats israéliens ont été tués la nuit dernière. Le Hamas a revendiqué en fin de journée l'enlèvement d'un soldat israélien.

 Au lendemain des débordements lors d'une manifestation propalestinienne à Barbès, de nouveaux affrontements ont éclaté à Sarcelles (Val-d'Oise). Huit personnes ont été interpellés et quatre policiers ont été blessés.

 Deux personnes sont mortes cet après-midi en Ardèche et dans le Gard en raison des orages. Météo France maintient 16 départements en vigilance orange aux orages et aux inondations. 

 Les rebelles affirment détenir les boîtes noires de l'appareil. Les Américains accumulent les preuves contre les séparatistes prorusses, et les occidentaux haussent le ton contre Vladimir Poutine. 

22h39 :  Le Président François Hollande s'est entretenu dimanche soir avec le Président russe Vladimir Poutine pour lui demander d'user "de toute son influence pour obtenir immédiatement des séparatistes ukrainiens qu'ils cessent d'entraver l'enquête, les secours, et remettent les boîtes noires aux autorités compétentes", selon un communiqué de l'Elysée.

22h28 :  François Hollande demande à Vladimir Poutine que les séparatistes ukrainiens cessent d'entraver l'enquête et les secours sur le site du crash en Ukraine.

21h41 :  @anonyme Nous avons évoqué cette hypothèse formulée par le site Russia Today à plusieurs reprises dans notre live. Mais comme le démontre L'Express, cette piste semble peu crédible.

21h41 :  Avez-vous la moindre information sur la possibilité que le MH17 ait été confondu avec l'avion de Poutine qui aurait pris le même trajet et à la même heure ?

19h29 :  Dans la recherche des responsables du crash de la Malaysia Airlines en Ukraine, les Etats-Unis accumulent les preuves contre les séparatistes prorusses. Un entretien téléphonique entre deux chefs séparatistes a notamment été authentifié. Tous les éléments dans notre article.

18h10 :  L'Australie propose à ses partenaires du Conseil de sécurité d'adopter une résolution réclamant des séparatistes prorusses un accès libre et sécurisé au site du crash de l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine.

17h47 :  Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré dimanche qu'il était "clair" que la batterie de missile anti-aérien utilisé pour abattre l'avion malaisien dans l'est de l'Ukraine venait de Russie.

John Kerry a clairement pointé du doigt la Russie et parlé de "moment de vérité" pour le président russe Vladimir Poutine, sommé d'user de son influence sur les séparatistes prorusses pour stabiliser la situation.

15h19 :  Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a déclaré dans le Frankfürter Allgemeine Zeitung que l'avion de ligne malaisien n'avait pas été abattu par des "gorilles ivres". "Il faut un personnel très professionnel capable de trouver une cible et tirer ce genre de missile", a-t-il ajouté.

15h16 :  Interviewé sur CNN, John Kerry affirme que les preuves "désignent les séparatistes". Pour lui, le système de missile utilisé contre l'avion de la Malaysia Airlines venait de Russie.

15h05 :  Le secrétaire d'Etat américain John Kerry dénonce une situation "grotesque" autour du site du crash.

14h31 :  A 10 mètres du lieu du crash du MH17, une ferme. "On entend les vaches meugler", tweete un journaliste du Wall Street Journal.

14h00 :  D'après le chef des rebelles prorusses, les boîtes noire de l'avion de la Malaysia Airlines sont "sous contrôle" à Donetsk, le fief des séparatistes.

13h11 :  "Si la Russie ne prend pas immédiatement les mesures nécessaires, les conséquences en seront tirées par l'Union Européenne à l'occasion du Conseil Affaires Etrangères qui se tiendra mardi", affirment Angela Merkel, David Cameron et François Hollande, cités dans un communiqué de l'Elysée.

13h09 :  Les participants à la conférence AIDS 2014 à Melbourne observent une minute de silence à la mémoire de six chercheurs spécialistes du virus du sida, morts dans le crash du vol MH17.


(REUTERS)

13h03 :  François Hollande, Angela Merkel et David Cameron exigent de Vladimir Poutine qu'il obtienne le libre accès à la zone du crash du MH17.

12h52 :  Comme le tweete une journaliste du Monde, les enquêteurs, qui opèrent sous surveillance des séparatistes, continuent de retrouver des corps, parfois très loin de l'épave de l'appareil.

12h51 :  Plus aucun vol ne portera le nom de MH17 à partir du 25 juillet, annonce la Malaysia Airlines. Ce sera désormais MH19. La compagnie avait déjà retiré le nom de vol MH370 après le crash de mars dernier.

12h35 :  Un responsable américain cité, sous condition d'anonymat, par le Washington Post affirme que les services de renseignements avaient "eu des informations (...) il y a un peu plus d'une semaine" selon lesquelles trois batteries de missiles russes avaient été livrées aux séparatistes prorusses.

12h01 : Midi. Avant de passer à table, l'heure du point sur l'actu. 19 personnes sont toujours en garde à vue après les violences qui ont émaillé la manif pro-Gaza. Manuel Valls a dit ce matin que "ces violences justifiaient l'interdiction de la manifestation".

Où sont passés les corps des victimes du crash du vol MH17 ? Il semble qu'ils aient été déplacés dans un train non-réfrigéré, stationné à quelques kilomètres de la zone du crash.

 Neuf départements sont toujours en alerte orange aux orages. 18 000 foyers sont privés d'électricité en Aquitaine, où la foudre a fait quelques blessés légers.

• Un fabricant de cigarettes américain, RJ Reynolds,  a été condamné à verser 23 milliards de dollars d'indemnité à la veuve d'un fumeur.

11h52 :  Max Seddon, le journaliste de Buzzfeed sur place, a retrouvé les corps des victimes dans un train réfrigéré dont la réfrigération ne marche pas, dans une gare à quelques kilomètres du crash. 

11h42 :  D'après des cheminots ukrainiens, les corps des victimes du crash du vol MH17 ont été transférés dans des wagons.

11h25 :  La compagnie Malaysia Airlines annonce que tous les passagers inquiets après le nouveau crash d'un avion de la compagnie peuvent changer ou annuler leur billet sans frais jusqu'au 24 juillet. Même les passagers détenteurs de billets non-remboursables peuvent bénéficier de cette offre.

La compagnie, déjà durement touchée par le crash du MH370, serait en grande difficulté financière.

11h09 :  Il n'y a plus aucun corps sur la zone du crash du MH17, d'après un journaliste de l'AFP. 

10h31 :  Le ministère ukrainien des urgences annonce avoir retrouvé 196 corps des victimes du MH17 sur les 298 passagers présents dans l'avion. Les recherches sont rendues difficiles à cause de la présence des rebelles, mais aussi parce que certains corps ont pu tomber dans un réservoir d'eau situé près de la zone du crash.

09h57 :  L'accès à la zone du crash du MH17 tourne à la bataille diplomatique : en demandant un cessez-le-feu à Kiev pour laisser les enquêteurs internationaux inspecter le site, les rebelles prorusses espèrent être reconnus par d'autres pays. Ce n'est pas gagné : le président ukrainien a demandé aux dirigeants occidentaux de les placer sur la liste des organisations terroristes. Les derniers développement de cette bataille pour accéder à la zone du crash sont à retrouver dans notre article.
(DOMINIQUE FAGET / AFP)

09h43 :  "J'ai vraiment eu de la chance... deux fois". Le site américain Buzzfeed raconte l'incroyable histoire d'un cycliste néerlandais Maarten de Jonge, qui devait prendre les deux vols de Malaysia Airlines qui se sont écrasés, et qui a, les deux fois, changé son billet à la dernière minute. "Mon histoire n'est rien à côté de la tragédie que vivent les familles et les survivants", déclare-t-il.

09h33 :  Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine, interrogé dans le JDD, le crash du MH17 complique les plans de Vladimir Poutine dans la région : "Je pense que cette épouvantable 'bavure' des séparatistes, si c'est le cas, condamne leur combat et que Poutine, en dépit des dénégations, va devoir sortir de l'ambiguïté et cesser de les soutenir, ou même les désavouer."

09h07 : Hop, hop, hop, un premier point sur l'actualité.  L'armée israélienne intensifie son offensive terrestre sur la bande de Gaza, alors que côté palestinien, on cherche à négocier une trève.

 38 personnes ont été interpellées après la manifestation pro-palestinienne à Paris, qui a dégénéré. 17 policiers ont été blessés.

Encore 25 départements, essentiellement du nord-ouest du pays, ont été placés en vigilance orange aux orages par Météo France. 

Les séparatistes pro-russes proposent de garantir la sécurité des experts venus inspecter la zone du crash en échange d'une trève avec les forces loyalistes. Trop tard, disent Kiev et Kuala Lumpur : des dizaines d'indices ont été détruits.