DIRECT. Crash du MH17 : Obama accuse les séparatistes avec l'aide de la Russie

Les experts américains affirment que l'avion a été abattu. Les séparatistes ukrainiens pro-russes sont pointés du doigt par un rapport des services secrets américains. 

Un séparatiste prorusse sur les lieux du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, vendredi 18 juillet 2014.
Un séparatiste prorusse sur les lieux du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, vendredi 18 juillet 2014. (MAXIM ZMEYEV / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Consternation internationale, vendredi 18 juillet, au lendemain du crash d'un avion malaisien transportant 298 personnes dans l'est de l'Ukraine. Le Boeing 777, qui assurait la liaison entre Amsterdam (Pays-Bas) et Kuala Lumpur (Malaisie) pour la Malaysia Airlines, aurait vraisemblablement été abattu par un missile sol-air, selon des experts américains et le vice-président, Joe Biden. Le Conseil de sécurité de l'ONU réclame une enquête internationale indépendante.

Voici les principales informations de la matinée :

"Il n'y aurait aucun Français parmi les victimes." C'est ce qu'a déclaré le président de la République, François Hollande, depuis le Niger. Il se base sur "des documents transmis par la compagnie aérienne". Le président mentionne cependant "un cas qui n'a pas encore été élucidé".

Les séparatistes ukrainiens pro-russes sont pointés du doigt par un rapport des services secrets américains, relate CNN. Pour l'ambassadrice américaine aux Nations unies, Samantha Power, le missile a été "probablement" tiré d'une zone à l'est de l'Ukraine contrôlée par les séparatistes. Par ailleurs, Washington n'exclut pas que la Russie ait fourni une aide aux séparatistes pour tirer un missile sol-air SA-11. Des informations reprises à son compte par le président américain Barack Obama.

Vladimir Poutine appelle à un cessez-le feu dans l'est de l'Ukraine pour permettre des négociations. Le président russe a précisé être en contact avec le président ukrainien Petro Porochenko. Un peu plus tôt, un chef séparatiste pro-russe avait exclu tout cessez-le feu, tout en assurant que les enquêteurs pourraient accéder au lieu du drame.

Les deux boîtes noires retrouvées. Elles ont été retrouvées par les services de secours ukrainiens sur le lieu du crash, rapporte l'agence Interfax-Ukraine. Elles en diront plus sur les circonstances de la catastrophe, mais ne devraient sans doute pas permettre de déterminer l'origine du tir.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MH17

00h04 : Vous pouvez retrouver tous les titres de la soirée sur notre page d'accueil. Voici l'essentiel : 
On ignore toujours qui a lancé le missile qui a abattu le vol MH17 qui s'est écrasé en Ukraine. Plusieurs pays et organisations annoncent qu'ils envoient des enquêteurs sur place, tandis que les Etats-Unis affirment que le missile est parti d'une zone sous contrôle des séparatistes. L'essentiel des informations dont nous disposons est dans cet article.

 C'était l'ultime recours pour les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne interdite par la préfecture de police. Le tribunal administratif de Paris vient de le rejeter. Une autre manifestation est interdite à Nice vous explique notre article.
Seize département de l'ouest sont en vigilance orange pour des orages. Plusieurs médias normands ont rapporté que des routes avaient été inondées et des arbres arrachés.

23h19 :  Comme toujours lors d'événements majeurs, des rumeurs et montages circulent au milieu du flot d'informations. Le site Gawker a répertorié quelques-unes des fausses images.

22h15 : Il est temps de faire un nouveau point sur l'actualité :
On ignore toujours qui a lancé le missile qui a abattu le vol MH17 qui s'est écrasé en Ukraine. Plusieurs pays et organisations annoncent qu'ils envoient des enquêteurs sur place, tandis que les Etats-Unis affirment que le missile est parti d'une zone sous contrôle des séparatistes. L'essentiel des informations dont nous disposons est dans cet article. Suivez les dernières informations dans notre direct.

 C'était l'ultime recours pour les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne interdite par la préfecture de police. Le tribunal administratif vient de le rejeter.

 La SNCF a annoncé que le TER impliqué dans une collision avec un TGV, hier dans les Pyrénées-Atlantiques, a peut-être franchi un signal rouge avant de percuter le TGV. Le parquet de Pau a ouvert aujourd'hui une information judiciaire pour "blessures involontaires". Seize département de l'ouest sont en vigilance orange pour des orages.

21h49 :  La communauté internationale cherche des réponses  au lendemain du crash du vol MH17 de Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine. Francetv info résume ce que l'on sait au lendemain du drame.




(MAXIM ZMEYEV / REUTERS)

20h52 :  Cette fois, il en est certain. François Hollande a assuré vendredi qu'il n'y avait pas de Français dans l'avion de la Malaysia Airlines abattu par un missile au-dessus de l'Ukraine. Il a donné quelques heures plus tôt cette information au conditionnel, évoquant alors un cas non élucidé dans le crash.

20h45 :  Au lendemain du crash de l'avion de Malaysia Airlines, les habitants qui habitent près du lieu du drame sont sous le choc. Des débris et des restes humains sont éparpillés sur plusieurs kilomètres.


(ANNE-CHARLOTTE HINET / FRANCE 2)

20h29 :  Ce n'est pas une surprise. Après le crash du vol MH17, abattu par un missile, l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), recommande fortement d'éviter le survol de l'est de l'Ukraine.

20h03 : Voici un nouveau point sur l'actualité :

La consternation domine au lendemain du crash d'un avion de ligne malaisien en Ukraine. Kiev, Moscou et les séparatistes pro-russes s'accusent mutuellement d'avoir abattu le Boeing 777. L'ONU demande, quant à elle, une enquête internationale. Les Pays-Bas envoient d'ores et déjà une équipe d'enquêteurs en Ukraine. Suivez les dernières informations dans notre direct.

 La SNCF a annoncé que le TER impliqué dans une collision avec un TGV, hier dans les Pyrénées-Atlantiques, a peut-être franchi un signal rouge avant de percuter le TGV. Le parquet de Pau a ouvert aujourd'hui une information judiciaire pour "blessures involontaires". L'Italien Vincenzo Nibali remporte la 13e étape du Tour de France à Chamrousse et conserve son maillot jaune. Les Français Romain Bardet et  Thibaud Pinot sont respectivement troisième et quatrième du classement général.

19h49 :  Les Pays-Bas veulent faire la lumière sur le crash du vol MH17. Une équipe du Bureau néerlandais pour la sécurité est partie pour l'Ukraine, en compagnie du ministre des Affaires étrangères Frans Timmermans, afin d'enquêter sur ce drame qui a coûté la vie à 189 de leurs compatriotes.



19h35 :  Dans un communiqué relayé sur Twitter, le Quai d'Orsay annonce que la France est prête à contribuer à l'enquête sur le crash.

19h30 : "Tous les jours, nous mentons." La journaliste Sara Firth, qui travaillait pour la chaîne Russia Today, a démissionné, rapporte Buzzfeed (en anglais). En cause, la couverture par cette chaine proche du pouvoir russe du crash du vol MH17 en Ukraine. On vous en dit plus dans notre article.

18h43 : La compagnie Malaysia Airlines se remettait déjà péniblement de la disparition du vol MH370, quand un autre de ses avions, un Boeing 777 qui reliait Amsterdam et Kuala Lumpur, a été abattu au-dessus de l'Ukraine. La compagnie peut-elle survivre à ce nouveau drame ? En tout cas, les nuages s'accumulent au-dessus de son avenir, vous explique mon collègue, Mathieu Dehlinger.




(ROBIN UTRECHT / BELGA MAG / AFP)

18h27 :  Pour les Américains, le missile est parti d'une zone contrôlée par les séparatistes. Après l'ambassadrice américaine aux Nations unies, c'est le président Obama lui-même qui vient de pointer du doigt les séparatistes pro-russes. Il appelle maintenant Vladimir Poutine à user de son influence sur eux.

18h11 : Faisons un point sur l'actualité de ce vendredi soir :

La consternation domine au lendemain du crash d'un avion de ligne malaisien en Ukraine. Kiev, Moscou et les séparatistes pro-russes s'accusent mutuellement d'avoir abattu le Boeing 777. Aucun Français ne figure parmi les victimes, affirme François Hollande. L'ONU demande, quant à elle, une enquête internationale. Suivez la situation en direct.
 La préfecture de police de Paris confirme que la prochaine manifestation pro-palestinienne, prévue samedi dans la capitale, est interdite.

 La SNCF a annoncé que le TER impliqué dans une collision avec un TGV, hier dans les Pyrénées-Atlantiques, a peut-être franchi un signal rouge avant de percuter le TGV. Le parquet de Pau a ouvert aujourd'hui une information judiciaire pour "blessures involontaires".

L'Italien Vincenzo Nibali remporte la 13e étape du Tour de France à Chamrousse et conserve son maillot jaune. Les Français Romain Bardet et  Thibaud Pinot sont respectivement troisième et quatrième du classement général.

17h57 :  La trajectoire empruntée hier après-midi par le vol MH17 n'était pas habituelle. Ou du moins cela faisait plus de 15 jours que le vol quotidien de Malaysia Airlines entre Amsterdam et Kuala Lumpur passait à proximité de Donestk. Jusque-là, comme le relève Le Monde, le Boeing 777 passait plus au sud de l'Ukraine, notamment au dessus de la Crimée, comme on peut le constater sur l'historique de ses trajectoires sur le site Flightaware.



(FLIGHTAWARE.COM)

17h46 :  @anonyme Pour l'heure, la thèse selon laquelle le vol MH17 a été abattu reste une hypothèse. Même si des éléments corroborent cette version, aucune autorité ne l'a certifiée. La seule certitude que nous avons est que l'avion s'est écrasé dans l'Est de Ukraine, mais nous ne pouvons déterminer avec précision ce qui a provoqué ce crash.

17h45 : Pourquoi indiquez-vous que l'appareil s'est écrasé alors que, de toute évidence, il a été abattu en plein vol ?

16h51 :  Le crash de l'avion de ligne malaisien chamboule la crise ukrainienne. Alors qu'une enquête doit déterminer la responsabilité du tir de missile qui a tué les 298 passagers du Boeing, notre journaliste Marie-Adélaïde Scigacz liste les possibles répercussions du drame sur le conflit


(ANDREY STENIN / RIA NOVOSTI / AFP)

16h48 :  Les inspecteurs de l'OSCE sont arrivés sur le lieu du crash du vol MH17 dans l'Est de l'Ukraine.

16h43 :  Samantha Power, l'ambassadrice de Etats-Unis à l'ONU, renforce donc la thèse d'un tir de missile venu des séparatistes pour expliquer le crash du vol MH17. Mais la diplomate estime également qu'"on ne peut pas écarter l'assistance de personnels russes pour effectuer ce tir de missile".

16h36 :  L'ambassadrice américaine auprès des Nations unies déclare que l'avion de ligne malaisien a été "probablement abattu par un missile sol-air envoyé depuis un lieu contrôlé tenu par les séparatistes pro-russes dans l'Est de l'Ukraine".

16h11 : Que faut-il retenir de l'actualité? à 16 heures passé ? La consternation domine au lendemain du crash d'un avion de ligne malaisien en Ukraine. Kiev, Moscou et les séparatistes pro-russes s'accusent mutuellement d'avoir abattu le Boeing 777. Aucun Français ne figure parmi les victimes, affirme François Hollande. L'ONU demande, quant à elle, une enquête internationale. Suivez la situation en direct.

 La préfecture de police de Paris confirme que la prochaine manifestation pro-palestinienne, prévue samedi dans la capitale, est interdite.


• Le système de signalisation sur la voie où s'est produite la collision entre deux trains à proximité de Pau, faisant 40 blessés dont quatre graves, était en maintenance, selon le secrétaire d'Etat aux Transports. Des révisions sont annoncées "dans tout le réseau".


Le Tour de France arrive dans les Alpes, à l'occasion de la 13e étape reliant Saint-Etienne à Chamrousse. Une étape qui a déjà fait des dégâts dans le peloton. A suivre en direct sur francetv info.

16h03 :  Le conseil de sécurité de l'ONU appelle à une enquête internationale "exhaustive, minutieuse et indépendante" sur le crash du vol MH17 en Ukraine.

15h58 :  Elle a refusé de mentir. Une journaliste de la chaîne Russia Today a démissionné aujourd'hui, parce qu'"elle est pour la vérité", comme elle l'annonce sur Twitter. Elle explique à Buzzfeed que c'est le traitement du crash du vol MH17 qui l'a convaincu de quitter la chaîne russe. Cette dernière accuse l'Ukraine d'être responsable du crash.

15h46 :  @Désabusée C'est exactement ce qu'a dit François Hollande avant d'indiquer qu'aucun Français ne figurait parmi les victimes du vol MH17 recensées : "Les victimes n'ont pas de nationalité, les victimes sont les victimes", a d'abord déclaré le chef de l'Etat, depuis le Niger.

15h46 :  Les premiers propos de Hollande "Il n'y aurait aucun français" me choquent. Certes, c'est rassurant pour nous Français, mais la nationalité des victimes n'a pas d'importance. Le drame et le pourquoi du comment, c'est beaucoup plus important !

15h42 :  Une théorie circule sur les réseaux sociaux, notamment en Russie : c'était en fait l'avion de Vladimir Poutine, passé au même endroit quelques minutes plus tôt, qui était visé par le tir de missile fatal au vol MH17. Sauf que, comme l'explique L'Express, l'hypothèse ne tient pas. Le site russe Gazeta.ru, citant une source à l'aéroport international moscovite Vnukovo-3, écrit que l'"avion présidentiel n'a pas volé au-dessus de l'Ukraine depuis longtemps".

15h33 :  Pourquoi le Boeing de Malaysia Airlines survolait-il l'Est ukrainien ? Qui donne les autorisations ? Francetv info répond à cinq questions sur le survol des zones de conflit.


(MAXIM ZMEYEV / REUTERS)

15h28 :  D'éminents spécialistes du sida figurent parmi les victimes du crash du vol MH17 en Ukraine. Tous devaient participer à une conférence sur la maladie en Australie. C'était également le cas de Glenn Thomas, porte-parole de l'OMS, qui faisait parti des 298 passagers du Boeing parti d'Amsterdam.

15h00 :  "Il n'y aurait aucun Français parmi les victimes, car il n'y avait pas de Français à bord de l'avion. Sauf un cas qui n'a pas encore été élucidé", déclare François Hollande, en marge d'une visite au Niger.


(FRANCE TELEVISIONS)

14h58 :  Le mystère demeure autour du sort des boîtes noires du Boeing de Malaysia Airlines. Un conseiller du gouverneur de la région de Donetsk, cité par l'agence Interfax, indique qu'il "ne dispose pas d'information quant à l'endroit où elles se trouvent pour le moment". Dans le même temps, un responsable de la compagnie malaisienne a indiqué qu'il ne pouvait "pas confirmer" que ces boîtes noires avaient été retrouvées.

14h53 : "Selon les documents transmis par la compagnie aérienne, il n'y aurait aucun Français parmi les victimes, car il n'y avait pas de Français à bord de l'avion. Sauf un cas qui n'a pas encore été élucidé."

 Depuis le Niger où il est en visite officielle, François Hollande répond à des journalistes qui l'interroge sur la présence de Français parmi les victimes du crash du vol MH17 en Ukraine. Suivez la situation en direct sur francetv info.

14h53 :  "Il n'y avait pas de Français à bord de l'avion", affirme François Hollande.

14h48 : "La France demande une enquête internationale pour savoir la vérité."

 François Hollande intervient en direct depuis le Niger.

14h44 :  Selon un conseiller du gouverneur de la région de Donetsk, cité par l'agence Interfax, les deux boîtes noires du vol MH17 ont été retrouvées par les services de secours ukrainiens sur le lieu du crash.

14h34 :  Selon un rapport préliminaire confidentiel des renseignements américains, cité par CNN, le missile qui a frappé le vol MH17 a probablement été tiré par des séparatistes pro-russes depuis l'Est de l'Ukraine.

14h28 :  Un responsable de Malaysia Airlines tient actuellement une conférence de presse, au lendemain du crash du vol MH17 en Ukraine"Tout ceux qui ont été victimes vont recevoir 5 000 dollars par passager", annonce-t-il.

14h22 : "Des discussions directes entre les belligérants doivent être organisées aussi tôt que possible. Toutes les parties impliquées dans le conflit doivent rapidement cesser les combats et entamer des négociations pour la paix."
 Le Kremlin joue la carte de l'apaisement. Vladimir Poutine vient d'appeler à un cessez-le-feu dans l'Est de l'Ukraine, au lendemain du crash d'un avion malaisien près de Donetsk. "C'est avec une grande inquiétude et avec tristesse que nous assistons à ce qui se passe en Ukraine", a déclaré aujourd'hui le président russe lors d'une rencontre avec des leaders orthodoxe. "C'est horrible, c'est une tragédie."

14h12 :  Vladimir Poutine appelle à un cessez-le-feu dans l'Est de l'Ukraine pour permettre des négociations.

13h50 :  L'hypothèse de l'accident aérien semble de plus en plus exclue pour expliquer le crash du  Boeing 777 de Malaysia Airlines parti d'Amsterdam (Pays-Bas) et à destination de Kuala Lumpur (Malaisie). L'avion aurait été abattu, et selon les services secrets ukrainiens, les séparatistes pro-russes seraient les responsables. France 2 fait le point sur l'enquête.


(A. COMTE - S.RODIER - A.ZOUIOUECHE / FRANCE 2)

13h35 :  Voici la conversation que les services de sécurité ukrainiens ont publiée hier et qu'ils ont présenté comme un échange entre deux chefs séparatistes prorusses après l'examen du lieu du crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Cette conversation met en cause les prorusses de l'est de l'Ukraine. "Il y a des débris, des bouts de supports, des sièges, des corps", décrit l'un d'eux.


(APTN)

13h32 :  Le sort s'acharne sur une famille australienne. Kaylene Mann avait déjà perdu son frère Rod et sa belle-soeur Mary dans le vol MH370 de la Malaysia Airlines en mars. Sa belle-fille Maree était à bord du vol MH17 de la même compagnie abattu en Ukraine, rapporte Associated Press (en anglais). Son histoire et celle des autres victimes est à retrouver dans notre article.

13h32 : "Nous essayons de créer - et c'est l'objet de discussions maintenant avec les séparatistes d'ailleurs - un corridor humanitaire permettant l'accès à cette région pour faire les différents travaux nécessaires et les enquêtes aussi."
 L'OSCE discute avec les séparatistes prorusses en Ukraine de la création d'un "corridor" pour que les enquêteurs internationaux puissent se rendre sur le lieu du crash de l'avion de la Malaysia, a annoncé ce matin le président de l'organisation à la télévision suisse. "Nous recherchons aussi la possibilité de disposer de la boite noire [du vol MH17] actuellement aux mains des séparatistes" a jouté le dirigeant.

13h25 : "Tous les missiles sont dans notre armurerie, aucun d'entre eux n'a été utilisé."

Au lendemain du crash du vol MH17 dans l'est de l'Ukraine, l'armée ukrainienne affirme ne pas avoir déployé de missiles antiaériens pendant ses combats avec les rebelles pro-russes dans cette partie du pays. Kiev conteste donc les accusations des séparatistes qui pointe du doigt l'armée ukrainienne. Sur France Info, Oleh Kobzystyi, chargé d'affaires à l'ambassade d'Ukraine en France, justifie cette explication : "Nous n'avons pas d'avions ennemis sur la région".

13h19 :  Pas question de céder aux appels de la communauté internationale. Lors d'une conférence de presse, un chef séparatiste ukrainien vient d'exclure un cessez-le-feu, au lendemain du crash d'un avion malaisien dans la zone de l'Ukraine que contrôle les séparatistes pro-russes.

13h07 :  C'est une scène commune à chaque décollage d'avion. Sauf qu'il s'agit d'une image tournée dans le vol MH17, l'avion malaisien qui s'est écrasé hier en Ukraine. Une vidéo tournée par un des 298 passagers du vol, alors que le Boieng s'apprêtait à quitter Amsterdam pour rejoindre Kuala Lumpur en Malaisie.

(PLANE INFO / YOUTUBE)

12h58 :  Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a déclaré, ce matin à Kiev, que les séparatistes prorusses, qui contrôlent la zone où s'est écrasé le vol MH17, ne laissaient pas y accéder les enquêteurs de l'agence d'aviation ukrainienne. Hier pourtant, des responsables de la rébellion avait déclaré qu'ils laisseraient les enquêteurs internationaux passer. Aucun expert étranger n'est présent sur le site du crash assure les journalistes présents sur place.

12h48 : "Nous sommes préoccupés par le nombre croissant d'armes lourdes qui sont utilisées par les séparatistes dans l'Est de l'Ukraine, ainsi que par la sophistication grandissante de ces équipements."

 L'Otan s'est déclarée vendredi "préoccupée" par "la sophistication grandissante" des "armes lourdes" utilisées par les séparatistes pro-russes dans l'Est de l'Ukraine, au lendemain du crash du vol MH17. "Nous avons constaté que la Russie continue à autoriser le passage de mercenaires et d'armes lourdes par ses frontières avec l'Ukraine" a ajouté un responable de l'Otan, interrogé par l'AFP.