Cet article date de plus de sept ans.

Crash du MH17 en Ukraine : 70 inspecteurs sur le site, malgré la reprise des combats dans l'Est

Les forces ukrainiennes ont repris leur offensive contre les insurgés, suspendue la veille pour favoriser l'enquête sur le crash de l'avion de Malaysia Airlines, qui a fait 298 morts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un char ukrainien près du village de Novoselivka Persha, dans l'est de l'Ukraine, le 31 juillet 2014. (VALENTYN OGIRENKO / REUTERS)

La catastrophe aérienne a eu lieu il y a plus de deux semaines, mais les combats freinent considérablement l'enquête sur le crash du Boeing 777 de Malaysia Airlines. Après une première mission de reconnaissance la veille, 70 inspecteurs internationaux sont finalement arrivés, vendredi 1er août, sur le site, en dépit de nouveaux affrontements dans l'est de l'Ukraine.

Les forces ukrainiennes ont repris leur offensive contre les insurgés pro-russes, suspendue jeudi pour favoriser l'enquête internationale sur le drame. Quartorze personnes sont mortes, dont au moins dix soldats ukrainiens, dans ce que l'armée a présenté comme une "embuscade" des rebelles à Chakhtarsk, à seulement 25 kilomètres du lieu du crash.

Des policiers armés doivent être déployés

"Actuellement, les actions militaires sont dans une phase active, a confirmé un porte-parole de l'état-major ukrainien. Mais il n'y a pas de combats dans la zone du crash du Boeing. Aujourd'hui, le groupe d'experts internationaux poursuivra son travail."

Des débris de l'appareil et certaines dépouilles sont toujours sur le site du crash du vol MH17. Selon le ministère de la Justice néerlandais, les éventuels restes humains trouvés seront "immédiatement récupérés" par les inspecteurs. Ces derniers seront assistés par une mission de policiers armés néerlandais et australiens, qui doit commencer à se déployer dans la zone pour la sécuriser.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crash en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.