Crash dans le Sinaï : "La piste privilégiée, c'est la piste terroriste", selon Michel Polacco

Pour le spécialiste aéronautique de France Info, la piste terroriste est très plausible, après le crash d'un Airbus de la compagnie russe Metrojet dans le Sinaï samedi, l'appareil s'étant disloqué en plein vol.

(Un homme dépose des fleurs sur le lieu du crash d'un avion russe en Egypte © REUTERS/Mohamed Abd El Ghany)

"Une dislocation en vol qui débouche sur les débris tels qu'on les a vus sur les images, cela ne peut provenir que d'une grave atteinte de la structure de l'avion", explique Michel Polacco. Autrement dit, provenir d'une explosion. "Elle peut être due à des causes techniques, mais c'est très peu probable, cela s'est rarement produit" , souligne le spécialiste aéronautique de France Info. "Cela nous amène donc à la piste terroriste, la piste d'une bombe qui peut avoir ce genre d'effets."

"La piste terroriste est favorite, il faut être très honnête", assure Michel Polacco
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►► Crash dans le Sinaï : Daech "n'a jamais revendiqué un attentat qu'il n'avait pas commis "

Des mois d'enquête

"Tous les signes montrent que la destruction de la structure de l'appareil s'est produite en plein ciel et à très haute altitude",  avait déclaré dès samedi soir Alexander Neradko, le chef de l'agence russe de l'aviation, Rosaviatsia. Une dislocation difficile à expliquer par un simple problème technique. Dans le doute, Air France, la Lufthansa, Emirates et plusieurs compagnies aériennes ont annoncé qu'elles ne survoleraient plus le Sinaï "jusqu'à nouvel ordre", "par mesure de sécurité." 

L'enquête s'annonce longue, estime Michel Polacco : "Il va falloir décrypter les enregistreurs de vol et analyser tous les débris de l'avion afin de retrouver les restes d'un engin explosif, et cela va demander des mois."