Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Drogue et contrebande : le trafic qui rapporte des milliards de dollars à la Corée du Nord

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Extrait du documentaire "Corée du Nord, la dictature de la bombe"
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Malgré les sanctions de l’ONU qui pèsent sur la Corée du Nordle régime de Pyongyang a réussi à financer son programme d’armement nucléaire.

En multipliant les provocations, le leader nord-coréen, Kim Jong-un, est parvenu à placer son pays au centre de l’échiquier mondial. Le 3 septembre dernier, la Corée du Nord a passé une nouvelle étape, en effectuant son premier essai de bombe H, le plus puissant de son histoire. Comment le pays, étranglé financièrement, peut-il survivre et poursuivre son programme nucléaire ?

Cet extrait du documentaire Corée du Nord, la dictature de la bombe, diffusé jeudi 1er février sur France 2, nous plonge au cœur d’un système mafieux, qui a longtemps dupé la communauté internationale.

Méthamphétamines, drogues de synthèse...

Il y a trente ans, sous le régime de Kim Jong-il, le commerce le plus lucratif du régime était le trafic de drogue international. Cela passait principalement par la production de pavot et la distribution de drogue dans le monde entier dans le but d’alimenter les caisses du régime de Pyongyang. Aujourd’hui, les méthamphétamines, drogues de synthèse, ont remplacé la production d’héroïne, incluant la contrebande de faux billets ou de cigarettes. Un trafic qui rapporte des milliards de dollars chaque année à l'Etat communiste.

Selon Joseph Fitsanakis, spécialiste de l’espionnage américain : "70 à 80% des devises récoltées par la Corée du Nord, le sont de manière illégitime et illégale" ; "la mafia italienne même à son pic d’activité dans les années 70-80, n’a jamais atteint le degré de sophistication, la taille et l’envergure mondiale du crime organisé nord-coréen".   

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corée du Nord

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.