Corée du Nord : un haut fonctionnaire accusé d'espionnage

Un haut fonctionnaire du Sénat est soupçonné d'espionnage au profit de la Corée du Nord.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Lunettes noires sur le visage, Benoît Quennedey assiste aux premières loges des cérémonies de l'anniversaire du régime de Corée du Nord. Ce haut fonctionnaire du Sénat est aujourd'hui soupçonné d'espionnage. A-t-il transmis des informations sensibles sur la France à Pyongyang ? Arrêté le 25 novembre, il est entendu par les services de renseignements. Régulièrement invité des plateaux de télévision en tant que spécialiste de la Corée du Nord, il est également le président de l'association de l'amitié franco-coréenne, passion pour cet énarque en poste au Sénat.

Des rumeurs au sein du Sénat

Benoît Quennedey a écrit deux livres sur la Corée du Nord. Pour son éditeur, les soupçons d'espionnage sont incompréhensibles, étant donné ses fonctions au Sénat, au sein de la direction de l'architecture, du patrimoine et des jardins. Mais dans les couloirs du Sénat, l'homme aurait suscité des réactions. On évoque notamment des rumeurs d'influence auprès des parlementaires. Benoît Quennedey a été provisoirement suspendu de ses fonctions.

Le JT
Les autres sujets du JT
Benoît Quennedey, le 16 novembre 2017, devant le Panthéon à Paris.
Benoît Quennedey, le 16 novembre 2017, devant le Panthéon à Paris. (AFP)