Sommet Trump-Kim : rencontre historique et symbolique à Singapour

Le monde salue la réussite du sommet de Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un, mardi 12 juin. À l'issue de la rencontre, le président américain a annoncé que le démantèlement des installations nucléaires nord-coréennes serait rapide, mais il n'a pas de date.

Voir la vidéo

À Sentosa, une île de Singapour, Donald Trump et Kim Jong-un se sont rencontrés, mardi 12 juin. Les deux dirigeants se parlent, mais c'est uniquement pour les caméras puisqu'ils ne se comprennent pas. Le sommet a été pensé, en quelque sorte, pour les médias. Ils s'insultaient il y a moins d'un an, les voilàaujourd'hui en train de multiplier ostensiblement les marques d'attention. Ils ont discuté une première fois pendant 38 minutes. Le dirigeant nord-coréen, dont on entend rarement la voix, commente lui-même ce moment historique. "Les vieux préjugés et les habitudes anciennes ont été autant d'obstacles. Mais nous les avons tous surmontés pour nous retrouver ici aujourd'hui", a-t-il déclaré.

Pas de calendrier pour la mise en œuvre de l'accord

Après cette prise de contact initiale, les deux dirigeants sont rejoints par leurs gardes rapprochées. À la sortie de la réunion, Donald Trump se dit optimiste. "C'était vraiment une rencontre fantastique. On a fait beaucoup de progrès. Ça s'est déroulé mieux que quiconque aurait pu imaginer", a expliqué le président des États-Unis. Le document signé par les deux hommes est très flou. Kim Jong-un s'engage de manière "ferme et inébranlable" à une dénucléarisation complète. Mais il n'y a pas de calendrier et la mise en œuvre de l'accord est renvoyée à des négociations ultérieures. Pour l'instant, les sanctions économiques des États-Unis contre la Corée du Nord sont maintenues.

Le JT
Les autres sujets du JT
Donald Trump et Kim Jong Un lors du sommet historique entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, à Singapour, le 12 juin 2018.
Donald Trump et Kim Jong Un lors du sommet historique entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, à Singapour, le 12 juin 2018. (SAUL LOEB / AFP)