La Corée du Nord met fin à ses essais nucléaires, le Japon reste méfiant

L'annonce de la fermeture du site d'essais nucléaires nord-coréen a été saluée par Washington et Séoul, mais accueillie avec prudence par Tokyo.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un assiste à un tir d\'essai de missile, en 2017.
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un assiste à un tir d'essai de missile, en 2017. (KCNA / REUTERS)

La Corée du Nord a annoncé, samedi 21 avril, la fin des essais nucléaires et des tests de missiles intercontinentaux, ainsi que la fermeture de son site d'essais nucléaires. Le leader nord-coréen Kim Jong-un a jugé que ce dernier avait "rempli sa mission", selon ses propos cités par l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Cette annonce intervient moins d'une semaine avant le sommet prévu entre Kim Jon-un et son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, en amont d'une autre rencontre historique entre le dirigeant nord-coréen et Donald Trump, qui devrait avoir lieu début juin.

"Se concentrer sur l'économie socialiste"

Devant le comité central du Parti des travailleurs de Corée, le parti unique nord-coréen, Kim Jong-un a décrit la mise au point de son armement nucléaire comme une "victoire miraculeuse".

Le combat du peuple coréen qui a travaillé dur en se serrant la ceinture pour acquérir une puissante épée chérie pour défendre la paix s'est terminé.Kim Jong-un

La Corée du Nord étant devenue une puissance nucléaire, "nos descendants pourront jouir de la vie la plus digne et heureuse du monde", a-t-il estimé. "Aucun essai nucléaire ni aucun tir de missile n'est plus nécessaire maintenant à la République populaire démocratique de Corée, étant donné que le travail pour installer des ogives nucléaires sur des missiles balistiques est terminé", a encore déclaré le dictateur nord-coréen. Selon lui, "le Parti tout entier et la nation tout entière doivent désormais se concentrer sur le développement de l'économie socialiste".

"Nous allons surveiller cela de près"

Le président américain Donald Trump a immédiatement salué sur Twitter l'annonce de Kim Jong-un, y voyant "une très bonne nouvelle pour la Corée du Nord et le monde""C'est un grand progrès ! Hâte de participer à notre sommet", a-t-il écrit sur son compte.

De son côté, Séoul s'est empressé de saluer un "progrès significatif pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne, que le monde attend". La présidence sud-coréenne s'est félicitée de "l'environnement très positif pour les sommets à venir" que la décision de Pyongyang "va créer".

Le Japon reste toutefois prudent, voire sceptique. Le Premier ministre Shinzo Abe a d'abord applaudi l'annonce nord-coréenne. "Mais le point important est de savoir si cette décision conduira à l'abandon complet du développement nucléaire et celui des missiles, d'une façon vérifiable et irréversible", a-t-il toutefois prévenu. "Nous allons surveiller cela de près".