Cet article date de plus de sept ans.

La Corée du Nord a effectué un cinquième essai nucléaire, le "plus puissant connu à ce jour"

La télévision d'Etat a officiellement annoncé la réussite de cet essai. Il avait été détecté par la Corée du Sud, qui a mesuré un puissant tremblement de terre artificiel.

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une photo du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un non datée, diffusée le 6 septembre 2016. (KCNA VIA KNS / AFP)

La Corée du Nord a effectué un cinquième essai nucléaire "réussi". C'est ce qu'a déclaré la télévision officielle nord-coréenne, vendredi 9 septembre. "Nos scientifiques nucléaires ont mené un essai d'explosion nucléaire d'une tête nucléaire nouvellement mise au point, sur le site d'essais nucléaires dans le nord du pays", a précisé une présentatrice, qui confirme les constatations de la Corée du Sud. 

De fait, les premiers soupçons sur un nouvel essai nord-coréen ont été émis par des sismologues. Ils ont détecté un séisme près du principal site d'essais nucléaires, dans le nord-est du pays. La secousse, qui s'est produite à 2h30, heure de Paris, a été signalée le jour anniversaire de la fondation de la Corée du Nord en 1948.

Séoul a détecté ce puissant tremblement de terre artificiel, près de Punggye-ri, le site d'essais nucléaires nord-coréen. Le gouvernement sud-coréen pense qu'il a été provoqué par l'explosion d'un engin qui a dégagé une énergie estimée à 10 kilotonnes.

"Légèrement moins que la bombe d'Hiroshima"

Selon lui, c'est le plus puissant essai nucléaire de Pyongyang à ce jour. "Cette explosion de 10 kilotonnes était presque deux fois plus puissante que le quatrième essai nucléaire et légèrement moins que le bombardement d'Hiroshima, qui avait été mesuré à 15 kilotonnes environ", a expliqué Kim Nam-Wook, de l'agence météorologique sud-coréenne. Auparavant, l'institut géologique américain USGS avait indiqué que ce séisme de magnitude 5,3 était une "possible explosion" survenue en surface et non dans les profondeurs terrestres. 

La présidente sud-coréenne a vivement réagi. "Avec cet essai nucléaire, le régime de Kim Jong-un ne fera que s'attirer davantage de sanctions et d'isolement (...). Une telle provocation va accélérer encore la voie vers son autodestruction", a déclaré Park Geun-hye dans un communiqué. L'essai témoigne de "l'inconscience maniaque" du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a-t-elle ajouté.

La France aussi dénonce avec force ce nouvel essai nucléaire. Paris appelle le Conseil de sécurité des Nations unies à se saisir de cette violation de ses résolutions. "La communauté internationale doit s'unir face à cette nouvelle provocation qui intervient après une condamnation unanime par le Conseil de sécurité des essais balistiques effectués par la Corée du Nord lundi", indique l'Elysée dans un communiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.