Fin de la guerre de Corée : "On est au-delà de l'Histoire, on est dans une nouvelle ère"

Dorian Malovic, chef de service Asie au quotidien "La Croix", a expliqué, vendredi sur franceinfo, que la décision des dirigeants des deux Corées met fin à une guerre qui remonte à 1953.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (à g.) et le président sud-coréen Moon Jae-in marchent sur un pont après une cérémonie de plantation d\'arbres au village trêve de Panmunjom (Corée du Sud) le 27 avril 2018.
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un (à g.) et le président sud-coréen Moon Jae-in marchent sur un pont après une cérémonie de plantation d'arbres au village trêve de Panmunjom (Corée du Sud) le 27 avril 2018. (KOREA SUMMIT PRESS POOL / KOREA SUMMIT PRESS POOL)

Cette "déclaration annonce la fin de la guerre entre les deux Corées qui remonte à 1953." Pour le journaliste Dorian Malovic, la décision, vendredi 27 avril, de Kim Jong-un et Moon Jae-in, les dirigeants de la Corée du Nord et de la Corée du Sud, de vouloir mettre fin à la guerre de Corée en trouvant un "régime" de paix se place "au-delà de l'Histoire". "Les deux pays vont signer la paix, ça veut dire que ça va entraîner une ouverture mutuelle", a expliqué, le chef de service Asie au quotidien La Croix.

franceinfo : Les deux Corées vont rechercher un "régime" de paix pour mettre fin à la guerre de Corée. C'est une annonce historique ?

Dorian Malovic : On était tous en train de surveiller quelle allait être la teneur de cette déclaration de Panmunjom, parce qu'on était depuis ce matin [vendredi] dans les sourires, dans les très symboliques gestes de partage, de serrage de mains, de franchissement de la frontière. Là, on est au-delà de l'Histoire puisque la déclaration annonce la fin de la guerre entre les deux Corées qui remonte à 1953. L'armistice va se métamorphoser d'ici la fin de l'année en traité de paix, c'est-à-dire que le traité de paix va être rédigé et il sera signé par ceux qui ont signé en 1953. La Chine et la Corée du Nord d'un côté. Les Nations unies et les États-Unis de l'autre. Pas la Corée du Sud, mais la volonté commune est là aujourd'hui.

Là, on est vers un mouvement de paix qui s'annonce.Dorian Malovicà franceinfo

Deuxièmement, ils ont clairement dit qu'ils allaient dénucléariser toute la péninsule coréenne, pas uniquement la Corée du Nord. Donc cela impliquera aussi des gestes du côté de Washington pour la Corée du Sud. Et on sait qu'il n'y aura pas de levée de sanctions de l'Onu tant que des gestes concrets ne seront pas faits du côté nord-coréen vers la dénucléarisation. Puis il y aura un sommet avec Donald Trump qui va être confirmé et qui va probablement déboucher là encore sur d'autres perspectives.

Avec cette déclaration, tout s'accélère. Avec quel impact sur les deux Corées ?

Les deux pays vont signer la paix, ça veut dire que ça va entraîner une ouverture mutuelle. Des échanges entre les deux pays vont pouvoir se développer, commencer à exister, puisque là on était dans un minimum de relations. Il va peut-être y avoir des autorisations de voyage des deux côtés de la frontière, des échanges culturels, diplomatiques et militaires, donc on est dans la pacification. Et cela va pouvoir profiter à ces deux pays à l'avenir.

Les deux dirigeants envisagent d'ailleurs des réunions familiales pour les familles divisées. Quel avantage va en retirer Kim Jong-un ?

Ce qu'il est en train de faire aujourd'hui, c'est de poser des gestes très, très forts à l'égard de la Corée du Sud et de l'opinion sud-coréenne, et par ailleurs des engagements très concrets, très solides à l'égard des États-Unis. Ce que veut Kim Jong-un depuis des années, c'est discuter avec Washington. Et là, on voit bien qu'on est dans une autre phase, on est dans une nouvelle ère. Il ne s'agit pas de regarder ça avec des lunettes roses mais on sent bien que Kim Jong-un, 34 ans, moins idéologisé, veut pacifier et rendre la vie meilleure sur toute la péninsule, pour tout le monde.