Corée du Nord : un Américain condamné à quinze ans de camp de travail

D'origine coréenne, ce responsable d'un tour-opérateur voyageait avec plusieurs touristes. 

Photo datée de 1988 montrant Kenneth Bae (à droite), alors étudiant à l\'université de l\'Oregon (Etats-Unis).
Photo datée de 1988 montrant Kenneth Bae (à droite), alors étudiant à l'université de l'Oregon (Etats-Unis). (AP / SIPA)

La décision risque de ne pas arranger les relations entre Pyongyang et Washington. Un Américain d'origine coréenne a été condamné à quinze ans de camp de travail en Corée du Nord pour "actes hostiles" envers le régime communiste, a annoncé jeudi 2 mai l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Pae Jun-Ho, dont le nom américain est Kenneth Bae, avait été arrêté le 3 novembre dans la ville portuaire de Rason (nord-est) en possession d'un visa de tourisme. Selon la presse sud-coréenne, cet Américano-Coréen de 44 ans, responsable d'un tour-opérateur, voyageait avec plusieurs touristes dont l'un possédait un disque dur d'ordinateur contenant de prétendues données sensibles.

L'agence KCNA, principal canal de diffusion de la propagande nord-coréenne, n'a pas précisé les charges pesant contre lui. Samedi, elle avait affirmé qu'il avait "avoué les délits d'avoir entretenu de l'animosité contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et tenté de renverser" le régime, et que les charges retenues contre lui avaient "toutes été corroborées par des preuves".

Une "monnaie d'échange" politique ?

Washington a demandé sa libération immédiate. "La santé physique des citoyens américains est une priorité absolue pour nous. Nous appelons la RPDC à libérer Kenneth Bae sans délai pour raisons humanitaires", a déclaré lundi un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell. Les Etats-Unis suivent la situation par le biais de l'ambassade de Suède à Pyongyang, qui agit pour leur compte "sur les sujets impliquant des citoyens américains en Corée du Nord" car Washington ne dispose pas de représentation diplomatique dans le pays.

Interrogé par l'AFP, un militant anti-Pyongyang basé à Séoul émet l'hypothèse que Kenneth Bae ait été arrêté après avoir pris des photos d'enfants présentant des signes de malnutrition afin de mobiliser la communauté internationale sur les besoins de la Corée du Nord en aide humanitaire.

Selon des responsables américains, il pourrait être utilisé comme "monnaie d'échange politique" dans un contexte de vives tensions sur la péninsule coréenne depuis le troisième essai nucléaire de Pyongyang en février, et les sanctions votées dans la foulée au Conseil de sécurité des Nations unies.