Corée du Nord : "Le pays est beaucoup plus isolé qu’il ne l’était", estime Antoine Bondaz

Publié
Corée du Nord : « Le pays est beaucoup plus isolé qu’il ne l’était », estime Antoine Bondaz
franceinfo
Article rédigé par
S.Khaldoun - franceinfo
France Télévisions

Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, reviens sur le parcours de Kim Jong-un, dans le 23 Heures de franceinfo, vendredi 17 décembre.

La Corée du Nord est-elle toujours une des nations les plus recluses de la planète ? "Le pays est beaucoup plus isolé qu’il ne l’était, même dans les années 1990. C’est le cas pour deux raisons principales : la crise nucléaire et balistique se poursuit et a conduit la communauté internationale à renforcer les sanctions ; le deuxième facteur c’est la pandémie de Covid-19 qui a conduit le pays à fermer ses frontières de façon drastique", explique Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, invité du 23 Heures de franceinfo, vendredi 17 décembre.

"Il peut y avoir des épisodes de malnutrition"

Quelle est la situation économique du pays ? "Aujourd’hui il n’y a plus de famine en Corée du Nord, comme il y a pu en avoir dans les années 1990. Malheureusement, il peut y avoir des épisodes de malnutrition, notamment dans certaines provinces, vis-à-vis de certaines populations plus fragiles : que ce soit par exemple les femmes enceintes, les personnes les plus âgées, les personnes les plus jeunes", indique Antoine Bondaz.

La jeune génération peut-elle se rebeller contre le régime ? "C’est difficile à croire aujourd’hui. On a un système autoritaire qui fait qu’il est extrêmement peu probable de voir des révoltes, mais il y a comme dans tous les pays de la région, il y a une jeunesse qui évolue. Est-ce qu’elle remet en cause les fondements du régime ? Clairement pas", conclut le chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.