Cet article date de plus de cinq ans.

Cible d'un mandat d'arrêt pour corruption, le président du Guatemala démissionne

Un juge guatémaltèque a lancé mercredi un mandat d'arrêt à l'encontre du président Otto Pérez. Accusé d'avoir dirigé un vaste réseau de corruption, il avait été privé de son immunité par un vote du Parlement. Après avoir résisté plusieurs jours, il a démissionné ce jeudi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Otto Perez, le président du Guatemala pourrait être arrêté © MAXPPP)

C'est par un vote à l'unanimité du Parlement que le président du Guatemala Otto Perez a perdu mardi son immunité. Le soir même il a été interdit de sortie du territoire. Et mercredi soir, le juge guatémaltèque Miguel Angel Galvez a lancé mercredi un mandat d'arrêt contre lui. 

Selon la loi guatémaltèque, il peut rester à son poste même sans son immunité, et même s'il fait l'objet de poursuites pénales. Un juge pourrait tout de même décrèter son placement en détention provisoire. C'est dans ce cas-là seulement qu'il serait destitué et remplacé par son vice-président.

Otto Perez est accusé d'avoir dirigé un système de corruption au sein des douanes. Certaines exportations étaient exonérées de taxes en échange de pots-de-vin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.