Coronavirus en Chine : la transmission entre humains est "avérée", selon un chercheur chinois

Le président chinois, Xi Jinping, a réclamé que "la propagation de l'épidémie soit résolument enrayée".

Le personnel hospitalier de l\'hôpital de Jinyintan, à Wuhan en Chine, transportant un patient atteint du mystérieux virus similaire au Sras, le 18 janvier 2020.
Le personnel hospitalier de l'hôpital de Jinyintan, à Wuhan en Chine, transportant un patient atteint du mystérieux virus similaire au Sras, le 18 janvier 2020. (STR / AFP)

Pékin au nord, Shanghai à l'est et Shenzhen au sud : la mystérieuse maladie partie du centre de la Chine a gagné les métropoles géantes du pays le plus peuplé du monde et un expert chinois a confirmé, lundi 20 janvier, qu'elle se transmettait bien entre humains. Le dernier bilan fait état de 218 cas en Chine, dont trois mortels.

Plus d'un mois après son apparition sur un marché de Wuhan (centre), le virus, de la famille du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), touche désormais trois autres pays d'Asie : le Japon, la Corée du Sud et la Thaïlande.

Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé, a déclaré à la chaîne de télévision d'Etat CCTV que la transmission par contagion entre personnes était "avérée". Cet expert avait aidé à évaluer l'ampleur de l'épidémie de Sras en 2002-2003, qui a fait 774 morts dans le monde, sur 8 096 cas, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Un troisième décès, neuf cas critiques

Le virus suscite des inquiétudes croissantes après le décès ce week-end d'une troisième personne depuis le début de l'épidémie et une augmentation significative du nombre de nouveaux cas à Wuhan (près de 140).

Sortant de son silence, le président chinois, Xi Jinping, a réclamé que "la propagation de l'épidémie soit résolument enrayée", alors même que le pays est entré comme chaque année dans la "plus grande migration humaine" avec le chassé-croisé du Nouvel An chinois.

Le dirigeant communiste a jugé "absolument crucial de faire un bon travail en matière de prévention et de contrôle épidémiologiques". Le pays a dénombré lundi soir exactement 218 cas, dont un dans sa capitale économique, Shanghai, l'une des plus grandes villes du monde (25 millions d'habitants), chez une femme de 56 ans.