Vidéo Bras de fer avec la Chine sur les Ouïghours : "Ni la France, ni l'Europe ne sont des paillassons", réagit le secrétaire d'État Clément Beaune

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"On ne peut pas tolérer qu'il y ait ce genre de menaces et d'intimidations", a estimé le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, après les propos virulents de l'ambassade de Chine envers un chercheur français.

"Ni la France, ni l'Europe ne sont des paillassons", a  affirmé mardi 23 mars sur franceinfo Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, après l'absence lundi au ministère des Affaires étrangères français de l'ambassadeur de Chine convoqué pour "des propos inacceptables, sous la formes d'insultes et de menaces contre des parlementaires et un chercheur français". Le compte twitter de l'ambassade a évoqué lundi soir un problème "d'agenda".

>> "Petite frappe", "troll idéologique"... L'ambassade de Chine se déchaîne contre un chercheur français sur Twitter

"Problème d'agenda, franchement, je n’y crois pas trop", a confié Clément Beaune. "Quand on est convoqué, quand on est ambassadeur, on se rend à sa convocation au ministère des Affaires étrangères. Donc nous attendons le plus rapidement possible que cette convocation soit honorée."

Les Européens, les États-Unis et le Canada ont sanctionné lundi la Chine, pour la persécution des musulmans Ouïghours dans la région du Xinjiang. Pékin a immédiatement riposté avec des sanctions contre une dizaine de personnalités européennes qui ne sont plus autorisées à entrer en Chine. "Nous défendons les parlementaires, les chercheurs qui ont fait l'objet de sanctions. C'est inacceptable. On ne peut pas tolérer qu'il y ait ce genre de menaces et d'intimidations", a estimé secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.