Cet article date de plus de six ans.

Poutine fait preuve de galanterie envers la Première dame chinoise, Pékin censure la vidéo

Le président russe a offert un manteau à Peng Liyuan, pour la protéger des courants d'air. La vidéo, que les internautes se sont amusés à interpréter comme un flirt, a été censurée en Chine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Première dame chinoise, Peng Liyuan, et le président russe, Vladimir Poutine, en pleine discussion au sommet de l'Apec, le 10 novembre 2014 à Pékin. En arrière-plan, les présidents chinois, Xi Jinping, et américain, Barack Obama. (RIA NOVOSTI / REUTERS)

On le sait, Vladimir Poutine se voit comme un gentleman. Récemment divorcé et officiellement célibataire, le président russe a sans doute voulu faire preuve de galanterie, lundi 10 novembre, au sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) à Pékin. Alors que le président chinois, Xi Jinping, était distrait, en pleine discussion avec Barack Obama, Poutine a offert un manteau à la Première dame, Peng Liyuan, pour la protéger des courants d'air. Une scène capturée par les caméras (à 41 secondes sur la vidéo).

La scène censurée sur les réseaux sociaux chinois

Si les internautes se sont amusés à y voir du flirt, la scène est très innocente et a d'ailleurs été diffusée par CCTV, la télévision chinoise. Mais il n'a fallu que quelques heures, raconte Foreign Policy (en anglais), pour que les censeurs du régime fassent disparaître la vidéo des sites internet et des réseaux sociaux, où elle rencontrait un grand succès. Selon le site américain, Xi Jinping a mis en œuvre une importante campagne contre la corruption et fait de l'adultère une des pratiques à bannir, ce qui expliquerait le zèle du régime pour effacer toute image pouvant faire naître le doute.

Quant à Peng Liyuan, elle a accepté avec politesse l'offre de Vladimir Poutine, avant de se débarrasser du manteau auprès d'un serveur, quelques secondes plus tard.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.