Cet article date de plus de sept ans.

Paris va nouer des accords financiers privilégiés avec Pékin

Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie et des Finances, s’est montré très optimiste quant à la signature d’accords financiers avec la Chine. Le yuan qui est très contrôlé par les autorités chinoises circulerait d’avantage sur la place de Paris.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
De la révolution à l'argent... Mao illustre les billets de banque chinois. (AFP/HU JIANHUANG NJ / IMAGINECHINA)

Il s’agit pour la France de rattraper son retard sur Londres, dont les institutions financières peuvent investir directement en yuans en Chine. A la City, il est déjà possible d’émettre des obligations en yuans. Le Royaume-Uni a pris un avantage majeur. Londres assure 60% de tous les échanges en yuans réalisés hors de Chine.

La France est loin derrière, mais tout de même troisième, avec 10% de ces échanges. Pierre Moscovici a rappelé à ses interlocuteurs chinois les atouts de la France. Elle est au cœur de la zone euro et est ouverte sur l’Afrique.
 
En ouvrant la place de Paris au yuan, le gouvernement français espère aussi rééquilibrer les investissements entre les deux pays. Pour l’heure, si la France a investi 16 milliards d’euros en Chine, la réciproque est cinq fois moindre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.