L’invité du Soir 3 : Alexandre Lacroix de Philosophie Magazine

L’invité de ce Soir 3 du jeudi 25 octobre est le directeur de la rédaction de Philosophie Magazine, Alexandre Lacroix. Il revient sur les projets qui guettent l’espace dans les années à venir.

Un institut aérospatial chinois a annoncé son intention de mettre une lune artificielle sur orbite, un projet annoncé pour 2020. La réalité dépasse-t-elle la fiction ? "C’est la réactivation d’un vieux projet. Un consortium russo-européen avait eu le projet dans les années 1990 de braquer des réflecteurs depuis le ciel vers les zones du cercle polaire où il fait nuit l’hiver pour éclairer ces zones, mais il y avait eu toutes sortes de problèmes techniques", explique Alexandre Lacroix avant d’ajouter : "Les Chinois reviennent avec ce même projet, avec des panneaux qui seraient huit fois plus lumineux que notre lune. Elle ferait régner une clarté semblable à un crépuscule. Cela permettrait de supprimer les éclairages publics dans un rayon de 80 kilomètres. Une énorme économie d’énergie à la clé, soir 160 millions d’euros."

Le sommeil baisse

Mais s’il fait nuit tout le temps, il n’y a plus de sommeil ? "Le capitalisme, quand il se met en place, vient heurter le sommeil, avec le système des 3x8 par exemple et promouvoir la croissance. C’était le rêve de ne pas se reposer. Aux États-Unis, le sommeil recule énormément, par exemple on est passés de 10 heures de sommeil par nuit, à 6h25 aujourd’hui, le tout en 100 ans", note Alexandre Lacroix.

Si on dort moins, est-ce que le temps de cerveau sera utilisé que pour travailler ? "Un philosophe américain a montré que le capitalisme tentait aujourd’hui d’instaurer un régime 24h/7 et que tout soit ouvert (…) c’est un problème médical, biologique là-dessous, c’est très perturbateur pour l’homme", termine le directeur de la rédaction de Philosophie Magazine.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Lune photographiée le 31 janvier 2018, lors du phénomène de \"super Lune\".
La Lune photographiée le 31 janvier 2018, lors du phénomène de "super Lune". (ROBERT ATANASOVSKI / AFP)