La Chine prévoit une baisse de sa population d'ici 2025

Le taux de natalité en Chine a atteint un plus bas historique en 2021 et cette tendance est amenée à se poursuivre après des décennies de politique de l'enfant unique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bébés pris en charge dans une maternité dans un hôpital de Yongzhou (Chine), le 12 mai 2022. (JIANG KEQING / XINHUA / AFP)

La Chine, pays le plus peuplé du monde avec 1,4 milliard d'habitants, va voir sa population se réduire dès 2025. "Le taux de croissance de la population a considérablement ralenti. Il entrera dans une phase de croissance négative" entre 2021 et 2025, a averti le ministère de la Santé, dans un rapport publié lundi 1er août. 

Le pays est confronté à une crise démographique avec un vieillissement rapide de la population active, un ralentissement économique et la plus faible croissance démographique du pays depuis des décennies. En 2021, la Chine a enregistré 10,62 millions de naissances, soit leur niveau le plus bas depuis au moins 1978, selon les données officielles. Et cette tendance est amenée à se poursuivre.

Pékin encourage désormais les naissances

La Chine a pourtant assoupli sa politique de limitation des naissances ces dernières années. Elle a autorisé les couples à avoir deux enfants dès 2016, puis trois depuis l'an dernier. Mais ces décisions n'ont pas entraîné de boom des naissances. Les couples sont refroidis par la hausse du coût de la vie, du logement et surtout de l'éducation des enfants.

Pour encourager les naissances, le ministère de la Santé préconise de réduire la pression financière sur les couples par le biais de politiques en matière de logement, d'éducation et de fiscalité. La grande ville de Hangzhou, dans l'est du pays, propose par exemple, depuis lundi, aux familles ayant trois enfants des prêts aux montants plus importants pour l'achat d'un premier logement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.