La Chine annonce qu'une enquête a été ouverte contre le président d'Interpol, dont on est sans nouvelle depuis fin septembre

Les autorités chinoises avaient jusque là gardé le silence sur le sort du président du réseau policier international.

Le président d\'Interpol, Meng Hongwei, le 4 juillet 2017, lors du congrès de l\'organisation à Singapour.
Le président d'Interpol, Meng Hongwei, le 4 juillet 2017, lors du congrès de l'organisation à Singapour. (ROSLAN RAHMAN / AFP)

La fin d'un long silence. L'office chinois de lutte contre la corruption a annoncé, dimanche 7 octobre au soir, que Meng Hongwei, le président d'Interpol, dont on n'a plus de nouvelles depuis le 25 septembre, faisait l'objet d'une enquête pour violations présumées de la loi. Les autorités chinoises avaient jusque là gardé le silence sur le sort du président du réseau policier international, dont le siège se trouve à Lyon.

Vendredi, le quotidien de Hong Kong en langue anglaise South China Morning Post, citant une source anonyme, a affirmé que Meng Hongwei faisait l'objet d'une enquête en Chine et aurait été "emmené" par les autorités "dès son atterrissage" dans son pays la semaine dernière, pour des motifs encore flous.

Son épouse le croit en danger

En France, une enquête pour disparition inquiétante a été ouverte concernant Meng Hongwei, qui n'a plus donné signe de vie depuis son départ en Chine fin septembre. Son épouse a été placée sous protection policière. Grace Meng a pris la parole devant la presse, dimanche, depuis un hôtel de Lyon, où l'organisation policière mondiale a son siège. Elle croit que son époux est en danger et en appelle à la communauté internationale.

Meng Hongwei, qui a le rang de vice-ministre de la Sécurité publique en Chine, a été élu en novembre 2016 pour quatre ans à la tête d'Interpol, qui compte 192 pays, et permet notamment aux polices des Etats membres de partager des informations. Ces dernières années, plusieurs hauts responsables chinois ont disparu sans explication pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant que Pékin n'annonce qu'ils faisaient l'objet d'investigations, souvent dans le cadre d'affaires de corruption.