Viols, brutalités : depuis Berlin, une des figures du "mouvement des parapluies" à Hong Kong dénonce les abus de la police anti-émeute

Joshua Wong, jeune militant pro-démocratie de 22 ans et l’un des visages du "mouvement des parapluies" à Hong Kong, a quitté la Chine et rejoint l'Allemagne pour y rencontrer parlementaires et journalistes.

Le militant pro-démocratie Joshua Wong, à Berlin, le 11 septembre 2019.
Le militant pro-démocratie Joshua Wong, à Berlin, le 11 septembre 2019. (LUDOVIC PIEDTENU / RADIOFRANCE)

Arrêté à deux reprises ces dernières semaines, y compris juste avant son départ pour l'Europe avant d'être relâché, Joshua Wong, un des visages du "mouvement des parapluies" à Hong Kong, a quitté la Chine où il s'estimait persécuté. Aujourd’hui, le jeune militant pro-démocratie de 22 ans est à Berlin, en Allemagne, pour trouver des soutiens, notamment parlementaires et journalistes, qui l’aideront à dénoncer ce qu’il qualifie de brutalités policières contre les manifestants hongkongais.

Des manifestantes abusées sexuellement 

"Beaucoup de manifestantes ont été sexuellement harcelées par des policiers au moment de leur arrestation ou de leur détention", explique-t-il. Certains de ces abus ont été filmés et documentés par des journalistes, mais beaucoup d’autres se sont passés à l’abri des regards et des caméras."

>>  Cinq questions sur la crise à Hong Kong 

C’est pour cette raison qu’il continue d’appeler l’Allemagne et les pays européens à condamner les agissements de la police anti-émeute de Hong Kong. Selon lui, les manifestations ne vont pas s’arrêter de sitôt. "Des élections libres, poursuit Joshua Wong, représentent la base des droits et des libertés du citoyen mais cette promesse n’est pas respectée par Pékin qui se contente uniquement d’une intense répression."

La censure politique et les limites à la liberté d’expression n’ont fait que transformer l’ensemble des jeunes générations en dissidents.Joshua Wongà franceinfo

Les Hongkongais se considèrent selon lui désormais comme un rempart au régime autoritaire de Pékin. Et Hong Kong serait devenu, en somme, "le nouveau Berlin dans une nouvelle guerre froide".

Viols, brutalités : depuis Berlin, une des figures du "mouvement des parapluies" à Hong Kong dénonce les abus de la police anti-émeute - Reportage Ludovic Piedtenu
--'--
--'--