Pékin dit soutenir "fermement" Carrie Lam à la tête de Hong Kong

Un enregistrement a fuité lundi, dans lequel la cheffe de l'exécutif hongkongais disait vouloir quitter son poste.

La cheffe de l\'exécutif hongkongais, Carrie Lam, à Hong Kong (Chine), le 9 juillet 2019.
La cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, à Hong Kong (Chine), le 9 juillet 2019. (TYRONE SIU / REUTERS)

Le gouvernement chinois a assuré, mardi 3 septembre, qu'il soutenait "fermement" Carrie Lam à la tête de l'exécutif hongkongais, après la fuite d'un enregistrement dans lequel cette dernière disait vouloir quitter son poste. "Nous soutenons fermement la cheffe de l'exécutif de Hong Kong Carrie Lam à la tête du gouvernement de la région administrative spéciale", a assuré devant la presse le porte-parole du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao du gouvernement chinois, Yang Guang. 

Carrie Lam, qui concentre sur elle depuis trois mois la colère du mouvement pro-démocratie, a affirmé mardi n'avoir aucune intention de démissionner, après la fuite d'un enregistrement audio dans lequel elle dit vouloir quitter son poste. Elle a ajouté n'avoir "même pas envisagé" de discuter de sa démission avec le gouvernement chinois.

Pékin a la souveraineté sur un territoire hongkongais néanmoins doté d'une grande autonomie qui lui est garantie en théorie jusque 2047 en vertu du principe "Un pays, deux systèmes". 

Démissionner en présentant de "profondes excuses" 

Carrie Lam s'exprimait après la diffusion d'un enregistrement audio où on l'entend, la semaine dernière, dire qu'elle démissionnerait si elle le pouvait. "En tant que cheffe de l'exécutif, avoir créé un tel chaos est impardonnable", confie-elle lors d'une rencontre privée avec des dirigeants d'entreprises, selon cet enregistrement.

"Si j'ai le choix", dit-elle en anglais dans l'enregistrement, "la première chose est de démissionner, en ayant présenté de profondes excuses."

Des manifestants ont accusé la cheffe de l'exécutif de ne chercher qu'à s'attirer de la sympathie. "Je pense qu'elle voulait que cet enregistrement sorte, elle veut donner l'impression qu'elle est innocente et désolée de ce qui se passe", a estimé Bonnie Leung, un représentante du Front civique des droits de l'homme qui a organisé depuis juin certaines des manifestations les plus massives que la ville ait connues.