Cet article date de plus de six ans.

Vidéo La police de Hong Kong démonte les barricades des pro-démocratie

Les forces de l'ordre sont entrées en action depuis deux jours pour évacuer les principaux axes occupés depuis plus de deux semaines par des manifestants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers de Hong Kong démontent, mardi 14 octobre, des barricades érigées par les manifestants qui réclament un suffrage démocratique en 2017. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

La police de Hong Kong continue de démonter, mardi 14 octobre, les barricades érigées depuis plus de deux semaines par les manifestants pro-démocratie dans cette région de Chine. Parfois équipés de scies et de masses, des centaines de policiers sont passés à l'action dans le secteur d'Admiralty, le principal foyer de la contestation près du siège du pouvoir et du quartier des affaires.

Sous le regard des manifestants, les forces de l'ordre ont démonté les enchevêtrements de barrières métalliques et de perches de bambou cimentées.

Pour autant, les militants veulent poursuivre leur bras de fer. "Nous reconstruirons [les barricades] lorsque la police les aura retirées, mais nous n'affronterons pas physiquement les policiers", prévient l'un d'eux, interrogé par Reuters.

Des incidents éclatent sur les barricades

Critiquée fin septembre pour avoir dispersé des étudiants au moyen de gaz lacrymogènes et à coup de matraque, la police a depuis opté pour une approche plus patiente. Elle mise en partie sur l'impatience de la population, parfois lassée de l'encombrement des principales routes. Ainsi, des chauffeurs de taxi et de camion ont tenté eux aussi de démonter les barrages, lundi après-midi.

Des incidents ont d'ailleurs éclaté, plus tard, entre des contestataires et des centaines de personnes, certaines masquées et armées de barres de fer. Mais pour les chefs de file de la contestation, ces heurts auraient été orchestrés et auraient impliqué des membres des "triades", le syndicat du crime de Hong Kong.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.