Hong Kong : trois militants pro-démocrates, dont Joshua Wong, condamnés à de la prison

Figure du mouvement démocrate à Hong Kong, Joshua Wong a été condamné à plus d'un an de prison, pour avoir participé en juin 2019 à un rassemblement interdit contre le gouvernement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
De gauche à droite : Agnes Chow, Ivan Lam et Joshua Wong, le 23 novembre 2020 à Hong Kong. Ils ont été condamnés à de la prison le 2 décembre 2020. (PETER PARKS / AFP)

Cette peine est la plus lourde prononcée en 2020 contre un militant de l'opposition hongkongaise. Joshua Wong, figure du mouvement démocrate à Hong Kong, a été condamné, mercredi 2 décembre, à 13 mois et demi de prison pour avoir participé en juin 2019 à un rassemblement interdit contre le gouvernement.

Joshua Wong, qui est âgé de 24 ans, a plaidé coupable d'avoir organisé et fait la promotion de ce rassemblement non autorisé auquel des milliers de personnes ont participé le 21 juin 2019 à proximité du siège de la police. Il était passible d'une peine maximale de trois ans de prison. Deux autres membres influents du mouvement démocrate, Agnes Chow, 23 ans, et Ivan Lam, 26 ans, ont été condamnés respectivement à dix et sept mois de prison pour des faits liés à cette manifestation.

"Ce n'est pas la fin du combat"

Après sa condamnation, Joshua Wong a juré de continuer à mener son combat pour la démocratie. "Ce n'est pas la fin du combat (...) Nous rejoignons maintenant la lutte en prison aux côtés de nombreux manifestants courageux, moins visibles mais essentiels dans le combat pour la démocratie et la liberté de HK", peut-on lire sur le compte Twitter de Joshua Wong.

Le rassemblement de juin 2019 visait un projet de loi d'extradition vers la Chine, enterré depuis par l'exécutif hongkongais. Mais une nouvelle loi dite de "sécurité nationale" a été promulguée l'été dernier. Les militants pro-démocrates y voient un coup sévère porté au haut degré d'autonomie et de libertés civiques dont l'ancienne colonie britannique est censée jouir jusqu'en 2047.

"En ciblant des militants bien connus du mouvement de protestation sans leaders véritables de Hong Kong, les autorités envoient un avertissement à quiconque oserait critiquer ouvertement le gouvernement", a commenté Yamini Mishra, directrice d'Amnesty International pour la région Asie-Pacifique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.