Hong Kong : plusieurs interpellations lors de l'anniversaire de Tiananmen

Les commémorations du mouvement pro-démocratie, autorisées jusqu'à la reprise en main musclée de Pékin ces dernières années, sont désormais interdites.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants pro-démocratie, le 4 juin 2022 à Hong Kong (Chine). (CHARLOTTE MACHADO / AFP)

Une date à ne pas célébrer. La police de Hong Kong a interpellé plusieurs personnes, samedi 4 juin, soupçonnées d'avoir voulu commémorer en public la répression du mouvement pro-démocratie de la place Tiananmen à Pékin, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Ces journalistes ont vu au moins une demi-douzaine de personnes être emmenées par la police, la majorité dans la soirée, y compris l'activiste Yu Wai-pan, de la Ligue des sociaux-démocrates (LSD), un parti politique dans le collimateur des autorités. Yu et deux autres membres de la LSD sont arrivés dans le quartier commerçant très fréquenté de Causeway Bay dans la soirée et se sont tenus debout en silence, portant des masques figurant des croix sur la bouche.

Des manifestations passibles de 5 ans de prison

Ils ont été immédiatement interceptés par la police pour être fouillés, puis relâchés, et Yu a de nouveau été interpellé quelques minutes plus tard alors qu'il approchait du parc Victoria, traditionnel lieu de commémoration des sanglants événements du 4 juin 1989. La police a confirmé l'interpellation d'une femme de 80 ans pour obstruction à la force publique plus tôt dans la journée, mais n'avait fourni en soirée aucun autre chiffre d'arrestations.

Les autorités avaient averti que toute participation à des "assemblées non autorisées" samedi serait passible de cinq ans de prison. Elles ont également bouclé le parc Victoria, théâtre jusqu'en 2019 de gigantesques veillées aux chandelles à la mémoire de Tiananmen. Dans la soirée, de nombreux passants dans les environs du parc Victoria ont allumé la lampe de leur téléphone portable, à défaut d'allumer des chandelles. La police les a sommés par haut-parleur de les éteindre, en les prévenant qu'ils violaient la loi.

Certaines personnes ont été contrôlées et fouillées pour avoir porté des vêtements noirs, tenu à la main des fleurs ou encore, dans un cas, un jouet en forme de tank. D'autres ont laissé des chandelles allumées dans des cabines téléphoniques ou ont distribué aux passants de petits autocollants figurant des bougies.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hong Kong

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.