Hong Kong : la cheffe de l'exécutif Carrie Lam va retirer le projet de loi sur les extraditions, à l'origine des manifestations massives

Les rassemblements contre ce projet de loi, qui prévoyait de faciliter le transfert de suspects vers la Chine continentale pour qu'ils y soient jugés, ont mobilisé des millions de manifestants ces dernières semaines. 

La cheffe de l\'exécutif hongkongais Carrie Lam à Hong Kong, le 3 septembre 2019. 
La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam à Hong Kong, le 3 septembre 2019.  (EYEPRESS NEWS / AFP)

C'est un tournant décisif dans la contestation qui secoue Hong Kong depuis des semaines. Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif hongkongais, annonce mercredi 4 septembre le retrait de la loi facilitant les extraditions vers la Chine continentale. Ce texte controversé a suscité trois mois de vives protestations dans l'ancienne colonie britannique. 

Les rassemblements contre ce projet de loi, qui prévoyait de faciliter le transfert de suspects vers la Chine continentale pour y être jugés – qu'il s'agisse des sept millions d'habitants de Hong Kong ou de ressortissants étrangers de passage –, ont mobilisé des millions de manifestants ces dernières semaines et constitué le plus gros défi lancé à Pékin depuis la rétrocession du territoire en 1997.

Déjà dans la matinée, plusieurs médias de Hong Kong évoquaient le possible retrait du projet de loi controversé, dont Carrie Lam a annoncé en juin la suspension sous la pression de manifestations géantes dans l'ancienne colonie britannique.