Hong Kong : l'université polytechnique toujours en état de siège

Depuis dimanche 17 novembre, les militants pro-démocratie sont retranchés dans le campus de l'université polytechnique de Hong Kong. La situation est de plus en plus tendue.

FRANCE 2

À Hong Kong, la tension est omniprésente. Des briques, témoins des affrontements violents entre militants et policiers, jonchent les trottoirs. Depuis dimanche, une centaine de manifestants radicaux occupent le campus de l'université polytechnique de la ville. "Ils commencent à manquer de vivre, ils ont écrit un énorme SOS sur le toit", rapporte le correspondant de France Télévisions Arnauld Miguet sur place. Dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 novembre, 600 manifestants se sont rendus à la police. Parmi eux, 200 étaient mineurs. La situation est relativement calme malgré l'état de siège.

Trois jours extrêmement violents

"La chef de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, a fait une conférence de presse demandant aux plus récalcitrants de se rendre. Elle prône aussi une solution pacifique, car ces trois jours ont été probablement les plus violents qu'ait connus Hong Kong depuis le début de cette crise en juin dernier", conclut le journaliste Arnauld Miguet.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un incendie sur un pont à l\'entrée du campus de l\'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de la contestation prodémocratie, le 19 novembre 2019. 
Un incendie sur un pont à l'entrée du campus de l'Université polytechnique de Hong Kong, bastion de la contestation prodémocratie, le 19 novembre 2019.  (YE AUNG THU / AFP)