Chine : les opposants à la nouvelle loi continuent de protester

L’inquiétude se fait sentir à Hong Kong, après l’adoption par la Chine d’une nouvelle loi sur la sécurité nationale. 

Des centaines d’opposants ont été interpellés, et les critiques internationales n’y font rien. La Chine a voté une nouvelle loi sur la sécurité nationale, mardi 30 juin. Le parti communiste a visiblement décidé d’étouffer la contestation. Lors de chaque manifestation, les opposants sont accueillis par les forces de l’ordre, équipées le 1er juillet de gaz lacrymogènes et canons à eau. Le 23eme anniversaire du rattachement de Hong Kong à la Chine a un goût particulièrement amer.

La prison à perpétuité encourue

"Le but de la loi est très clairement de faire passer Hong Kong de l’état de droit de droit à l’état de peur", explique Lee Cheuk-Yan, dirigeant syndical. Des libertés comme celles de voter, appeler à la révolution, manifester ou même s’exprimer sont remises en question. Or, ces libertés constituaient l’exception hongkongaise. Des peines de prison de trois ans à la perpétuité sont encourues en cas de résistance aux 66 textes de la loi.

La police hongkongaise arrête un homme lors d\'une manifestation contre la loi controversée sur la sécurité nationale le 28 juin 2020 à Hong Kong.
La police hongkongaise arrête un homme lors d'une manifestation contre la loi controversée sur la sécurité nationale le 28 juin 2020 à Hong Kong. (ISAAC LAWRENCE / AFP)